Mouvement des femmes : d’autres voies vers un monde meilleur ?

Un livre sur le mouvement
féministe mondial face au défi de la
globalisation.

Depuis les années 1960, un peu partout, à  l’intérieur des frontières de chaque pays, s’est développé un mouvement de dé f ens e de s droits de la femme dit mouvement féministe luttant contre la discrimination entre les sexes et la domination de la femme par l’homme. La question fondamentale que pose l’ouvrage Le Mouvement mondial des femmes(*) est la suivante : y a-t-il unmouvement «mondial » des femmes, par-delà  les frontières, et, s’il existe, comment peut-il contribuer, dans le cadre de la lutte mondiale pour la justice sociale, à  la recherche de voies alternatives vers un monde meilleur ? L’auteure de l’ouvrage, la Jamaà¯caine PeggyAntrobus, économiste de formation,militante qui a contribué activement à  bâtir un mouvement féministe dans le tiersmonde, répond par l’affirmative à  cette question.Elle «examine l’émergence d’un mouvement transnational ou mondial des femmes dans le contexte des conférences mondiales tenues au cours des années 1990 pour débattre d’enjeux relatifs à  l’environnement, aux droits de la personne, à  la démographie et à  la pauvreté.» Elle montre aussi «comment l’analyse tirée des expériences des femmes les plusmarginalisées a contribué à  un changement de cap: des questions“féminines”aux points de vue des femmes sur un large éventail d’enjeux qui touchent tout le monde.» Par ailleurs, Peggy Antrobus se dit «stupéfaite » de constater que le mouvement féministe reste principalement associé aux femmes blanches de la classe moyenne d’Amérique du Nord et d’Europe, et elle s’efforce dans ce livre de montrer que le tiers-monde, et les femmes noires d’Afrique et d’Amérique notamment, ont fortement contribué au mouvement.

Pour répondre à  toutes ces questions, Peggy Antrobus explore les origines d’un mouvement issu de plusieurs mouvements, façonnés comme elle dit, par des luttes locales, et réunis par des occasions et des défis mondiaux. « Je réfléchis, écrit-elle, sur la trajectoire du mouvement qui émerge à  mesure que les femmes se découvrent des points communs et comprennent mieux comment la discrimination fondée sur le sexe est en cause dans les crises systémiques qui ont conduit à  la pauvreté, à  l’exclusion et l’aliénation sociale, à  la dégradation de l’environnement et à  la prolifération de la violence qui menace le bien-être et la sécurité de la majorité de l’humanité et de la planète elle- même.»

C’est là  lemessage d’une pionnière aux nouvelles générations de militantes.