Massacre de tourterelles à Marrakech : la tutelle a livré les conclusions de son enquête

L’enquête du département des Eaux et Forêts confirme la véracité des photos et vidéos parues. Les mesures nécessaires ont été prises à l’encontre de la société impliquée.

Suite à la parution de photos et vidéos montrant la chasse d’un nombre important de tourterelles par des chasseurs étrangers au niveau de la Région de Marrakech-Safi, une enquête a été ouverte pour clarifier cette situation, indique un communiqué du département des Eaux et Forêts.

« Après examen du dossier, des visites de terrain, et des entretiens avec les parties prenantes, les investigations ont révélé ce qui suit :

1. L’enquête a confirmé la véracité des photos et vidéos qui circulent à ce sujet sur les réseaux sociaux et qui font état d’une sur-chasse de 3 fois le quota réglementaire ;

2. La commission d’enquête a identifié les lieux où l’acte de braconnage de tourterelles a été perpétré. Il s’agit d’un lot amodié à une société de chasse touristique qui a organisé la partie de chasse en question ;

3. La commission a relevé un certain nombre de défaillances liées au non-respect du contrat d’amodiation. En effet, et conformément aux dispositions dudit contrat, la société est tenue d’encadrer l’activité de chasse et assume pleinement la responsabilité sur les actes commis par ses clients.  » indique le département des Eaux et forêts dans son communiqué.

« Compte tenu de ces actes, le Département des Eaux et Forêts a pris toutes les dispositions réglementaires et a procédé à la suspension de l’agrément de chasse touristique de la société qui fera également l’objet de poursuite judiciaire », ajoute la même source.

« Le personnel forestier local a procédé quelques jours plus tard à l’interception d’une autre partie de chasse illégale dans un lot relevant de la même société par 6 groupes de chasseurs étrangers. Cette opération s’est soldée par la saisie de 36 armes et l’établissement des PV de délits y afférents. » conclut la même source.

Pour rappel, voici la vidéo qui a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux, poussant le Département des Eaux et forêts à réagir.