Déraillement du train à Bouknadel : L’ONCF réagit aux accusations sur les réseaux sociaux

L’ONCF a démenti certaines informations erronées véhiculées sur les réseaux sociaux, selon lesquelles des passagers d’un train ayant précédé celui qui a déraillé déclarent avoir ressenti des secousses au niveau du lieu de l’accident et en avoir fait échos auprès de l’office.

Après le déraillement du train qui s’est produit dans la matinée du mardi 16 octobre 2018 au niveau du pont de Bouknadel, près de Salé et qui a fait 7 victimes et plus de 125 blessés dont 7 graves, plusieurs personnes ont exprimé leur colère sur les réseaux sociaux. En cause, des passagers d’un train ayant précédé celui qui a déraillé déclarent avoir ressenti des secousses au niveau du lieu de l’accident et en avoir fait échos auprès de l’office ».

L’ONCF a choisi de répondre à travers un communiqué officiel dans lequel l’Office précise que ces informations ont été communiquées au niveau de la gare Sidi Taibi, à dix kilomètres du lieu de l’accident à Bouknadel.

« Conformément aux règlements et procédures en vigueur, l’ONCF, une fois informé, a prolongé la durée d’arrêt du train à Kénitra pour contrôle, alors que les équipes techniques spécialisées inspectaient les infrastructures à Sidi Taibi, soulignant que ces opérations n’ont relevé aucun dysfonctionnement ou panne. » ajoute le communiqué.

L’ONCF souligne également avoir pris, afin d’éviter la “propagation d’informations erronées qui influencent négativement l’opinion publique”, la décision de partager régulièrement des informations à ce sujet par le biais de communiqués de presse officiels via les différents canaux de communication.