L’enquête a coûté 7 MDH et mobilisé quatorze équipes

Soixante-dix agents parmi le personnel régional du ministère de la Santé, disposant d’au moins trois ans d’expérience, ont été enrôlés pour la mener à  bien. Quatorze équipes ont été sélectionnées pour participer au travail de terrain après une formation théorique de deux semaines.

Soixante-dix agents parmi le personnel régional du ministère de la Santé, disposant d’au moins trois ans d’expérience, ont été enrôlés pour la mener à bien. Quatorze équipes ont été sélectionnées pour participer au travail de terrain après une formation théorique de deux semaines. Chaque équipe avait un chef, une contrôleuse (responsable du contrôle du travail des quatre enquêtrices) et un chauffeur. Un rapport de 340 pages en est sorti, rendu public lors d’un séminaire organisé à Rabat les 23 et 24 mars derniers. Il fourmille d’informations, de tableaux et de graphiques.
L’enquête (la collecte de données a commencé le 15 octobre 2003 pour s’achever le 29 février 2004) a été réalisée sous forme de sondage, par le service des études et de l’information sanitaire (SEIS), la direction de la planification et des ressources humaines du ministère de la Santé. Le tout avec l’assistance technique de Oromacro, société américaine en charge du programme international des enquêtes démographiques et de santé, et le PAPFAM (Projet arabe pour la santé familiale) créé par la Ligue arabe.
Quant au financement de l’enquête, il a été pris en charge en grande partie par l’USAID (Agence US pour le développement international), le PAPFAM, le Fonds des pays du Golfe, le FNUAP (Fonds des Nations unies pour la Population), l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et l’UNICEF (Fonds des Nations unies pour l’éducation et l’enfance). Une enveloppe de 7 MDH a été consacrée à l’enquête, dont
800 000 représentant l’apport du ministère de la Santé. 11513 ménages et 16 798 femmes âgées de 15 à 49 ans ont été interviewés, appartenant à plusieurs régions du pays .