Le suivi de l’orthophoniste se fait par étapes

L’orthophoniste est le professionnel de santé qui assume la responsabilité de la prévention, de l’évaluation, du traitement et de l’étude scientifique des déficiences et des troubles de la communication humaine ainsi que leurs troubles associés.

L’orthophoniste est le professionnel de santé qui assume la responsabilité de la prévention, de l’évaluation, du traitement et de l’étude scientifique des déficiences et des troubles de la communication humaine ainsi que leurs troubles associés. Il procède par étapes :

Premier RDV «entretien orthophonique»

• L’entretien orthophonique est un entretien d’évaluation gratuit permettant de mieux cerner :
– Le développement psychomoteur et langagier,
– L’origine ou le début d’apparition de ces difficultés ou de son trouble,
– Les suivis (orthophoniques) passés ou actuels.
• Pour cet entretien il est impératif de vous munir :
– De la prescription médicale (si vous en disposez),
– De votre mutuelle (si vous en disposez),
– Du carnet de santé de votre enfant,
– Du ou des comptes rendus médicaux,
– Des bilans d’autres professionnels de la santé,
– Des cahiers et productions/évaluations scolaires…

Deuxième RDV : «Bilan orthophonique»

Le bilan orthophonique est un bilan complet des manques, des capacités, et des troubles présentés par le patient. Il est réalisé à l’aide d’épreuves standardisées (supports écrits, images, logiciels…). Cette évaluation est complétée par une approche clinique du patient (mode de communication, comportements, impact de ces difficultés sur la vie sociale, relationnelle et professionnelle).
A la fin du bilan, on vous exposera :
– Les manques et les réussites
observés,
– Le diagnostic (qui sera parfois affiné au moyen de bilans complémentaires),
– Le type de prise en charge proposée,
– Le nombre de séances préconisées,
– La fréquence,
– La durée des séances.
 

Source : www.orthophonie-casablanca.com

 

A lire aussi :

Samira Kasmi : «Le soutien pour les dyslexiques se limite au primaire. Or, il doit continuer jusqu’au Bac»

Dyslexie au Maroc : ces enfants marginalisés à cause de leur difficulté d’apprentissage