Le Maroc ambitionne de réaliser 100% de dons de sang volontaires à fin 2016

Le Maroc ambitionne de réaliser 100 pc de dons de sang volontaires à fin 2016 comme recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et, par là, d’éliminer complètement les dons de compensation effectués par l’entourage du patient, a indiqué le directeur du Centre national de transfusion sanguine (CNTS), Mohamed Benajiba.

Dans un entretien à la MAP à l’occasion de la Journée nationale du don de sang (5 décembre), M. Benajiba a fait savoir que sur l’ensemble des dons collectés en 2014, 87% proviennent de dons volontaires, ajoutant que les dons de compensation atteignaient 50 pc avant 2010.

En matière de don du sang, le Maroc a affiché une progression soutenue depuis plusieurs années et les donneurs de sang sont de plus en plus nombreux, a affirmé M. Benajiba, précisant que le nombre de dons a augmenté de 92.845 entre 2000 et 2010 à 111.819 entre la période 2010-2014.

« Ce qu’on a fait en 10 ans, on a pu le réaliser en moins de 4 ans », s’est-il réjoui, soulignant que ce chiffre « très significatif » témoigne des efforts considérables fournis par les équipes des établissements de transfusion.

Toutefois, a-t-il déploré, le pourcentage de donneurs par rapport à la population demeure faible (0,95%), ce qui reste en deçà du taux minimum de 1 pc préconisé par l’OMS pour les pays en développement comme le Maroc.

Le CNTS aspire, en effet, à augmenter chaque année de 4% le nombre de donneurs de sang, a fait savoir M. Benajiba, appelant les Marocains à participer massivement et régulièrement aux dons de sang et à se présenter aux centres de transfusion sanguine au moins trois fois par an, notamment lors des périodes de crise, afin d’alimenter les stocks de produits sanguins et sauver des vies.

Les besoins en sang connaissent une évolution soutenue due à l’allongement de l’espérance de vie qui se traduit par une augmentation des cas de maladies chroniques, notamment les cancers, a-t-il ajouté.

Il a également souligné la nécessité d’impliquer d’autres partenaires, en l’occurrence la société civile et les médias, et d’élargir le champs d’application pour promouvoir le don de sang.

Le CNTS supervise l’activité de 16 centres régionaux de transfusion sanguine, mais aussi des banques de sang et des antennes répartis sur l’ensemble du territoire national, a-t-il fait savoir, expliquant que les centres régionaux sont chargés du prélèvement et de la surveillance des dons pour garantir l’absence de toute maladie transmissible par voie sanguine, tandis que les banques de sang assurent le prélèvement, le stockage et la distribution et les antennes s’occupent uniquement de la distribution.

En termes de distribution, le directeur du CNTS a indiqué que l’objectif est de doter chaque hôpital d’un site de distribution. « Il est désormais inadmissible que le malade fasse le déplacement à une autre ville pour y être transfusé. Là où il est hospitalisé, il doit recevoir du sang », a-t-il insisté.

M. Benajiba a par ailleurs noté que le système de transfusion sanguine au Maroc est « très développé », soulignant que la technologie a bouleversé complètement la sécurité transfusionnelle.

Le CNTS aspire à automatiser à 100% les activités de plusieurs centres régionaux de transfusion, notamment à Casablanca, Rabat et Fès et à introduire également un système numérique spécialisé dans la gestion du sang « e-progesa », a-t-il dit, précisant que ce projet, qui nécessite une enveloppe de 15 millions de dirhams, permettra au Centre d’avoir toutes les informations au niveau national en temps réel, notamment en matière de stocks.

Concernant les actions entreprises pour la promotion du don de sang, M. Benajiba a indiqué que le CNTS a conclu de nombreux partenariats avec différents établissements, notamment le ministère de l’Intérieur qui assure un pourcentage des besoins en sang, la Fondation Mohammed VI pour la promotion des œuvres sociales des préposés religieux qui se charge de l’organisation de campagnes de sensibilisation dans les mosquées, outre des ONG œuvrant dans ce domaine.

La stratégie actuelle du centre pour augmenter le nombre de dons consiste à aller vers le donneur en développant des collectes mobiles, a-t-il ajouté.

Et de rappeler que, lors de la campagne nationale organisée en 2013 et à laquelle avait participé SM le Roi Mohammed VI, le Maroc a réalisé des chiffres records avec 70.565 dons collectés en 17 jours, du 8 au 24 mars.