La société n’est pas tendre avec elles

Beaucoup de mères célibataires, sinon la plupart, fuient les maternités, ce qui rend difficile l’évaluation de leur nombre. Par sentiment de honte, par crainte d’être déclarées à  la police ou celle d’être maltraitées.

Beaucoup de mères célibataires, sinon la plupart, fuient les maternités, ce qui rend difficile l’évaluation de leur nombre. Par sentiment de honte, par crainte d’être déclarées à la police ou celle d’être maltraitées. «Ils m’ont mis sur une paillasse encore pleine du sang d’une autre. Je n’ai pas voulu mais je suis montée quand même. Je ne pouvais pas aller à l’étage. J’étais très faible. Je voulais l’aide de quelqu’un pour m’appuyer. L’infirmière m’a dit : “Ne me touche pas, je fais mes prières, tu vas me salir”. Je suis montée en titubant. Si j’étais mariée, ça ne se serait pas passé comme ça», témoigne une mère célibataire