La «clim» envahit les foyers

Le secteur devient porteur et toutes les grandes marques y sont présentes.

Difficile de faire un choix entre les produits. L’installation et le SAV font
la différence.

Pour le simple profane, il est assez difficile de se retrouver dans la floraison des marques de climatiseurs, qu’ils soient destinés à une utilisation résidentielle ou commerciale. Des plus célèbres, comme Carrier, leader mondial du secteur avec 17% des parts de marché, York ou Trane, qui sont quelques uns des incontournables de la profession, jusqu’aux tout nouveaux arrivés sur le marché comme le saoudien Cooline, qui vient de faire son entrée au Maroc. Une chose est sûre, le marché présente un potentiel inexploité. Et pour cause, si les sociétés ont depuis longtemps cédé aux charmes de ses dispensateurs de confort thermique, les particuliers, eux, commencent à s’y mettre. Pour M. Lahlou, dirigeant de la société Frigmar, qui représente les produits Cooline, les modèles sont aussi variés que l’usage auxquels ils sont destinés : Climatiseurs monoblocs, les plus fréquents chez les particuliers, «mini split», au système extrêmement silencieux, armoires de climatisation au design discret, «split gainables» à haut ratio de rendement énergétique et dont l’avantage est d’être dissimulés sous de faux plafonds, jusqu’aux centrales monobloc.
Il est certain, comme le souligne André Darnaude, directeur général de Ventec Maroc, qui distribue les produits Carrier, que «les climatiseurs proposés par les distributeurs sont sensiblement les mêmes, même si certains comme Carrier couvrent l’ensemble des besoins des particuliers et des entreprises. Mais ce qui fait certainement la différence, c’est l’expérience et le savoir-faire des installateurs, surtout dans le domaine du grand tertiaire et de l’industrie qui nécessitent de très grandes compétences». Ventec Maroc, qui peut se prévaloir de 40 années d’expérience au Maroc, fait indéniablement partie des principaux professionnels confirmés du secteur, en termes d’installation et de maintenance. «Un secteur, poursuit André Darnaude, dont nous souhaitons, par les actions de formation que nous menons régulièrement, relever le degré de professionnalisme et qui peut contribuer à l’emploi des jeunes».
Le respect de l’environnement fait partie du marketing produit
Sans vouloir noyer le lecteur dans un flot de précisions techniques, on peut dire, en schématisant, qu’il existe trois principaux modèles de climatiseurs ; ceux distribuant le froid seul, ceux distribuant le froid et la chaleur par résistance et ceux utilisant une pompe à chaleur ; ces deniers ayant l’avantage d’une moindre consommation d’énergie.
Pour savoir ce qui correspond le plus précisément aux besoins de telle ou telle catégorie de personnes ou d’activités, le distributeur ou l’installateur procèdent en premier lieu à une étude précise de ces besoins, de la surface et du volume des locaux à climatiser, du vitrage et du nombre de personnes concernées. De cette étude dépendra le choix du matériel le plus économique et le mieux adapté.
Il existe au Maroc des sociétés spécialisées dans ces études, ne s’occupant pas nécessairement de distribution des produits, mais qui ont la charge de leur installation et de leur maintenance. C’est le cas de Laurent Bouillet, filiale de la multinationale Spie, dont le directeur, Eric Aubspin, a bien voulu défricher, pour les lecteurs de La Vie éco, un terrain plutôt réservé aux spécialistes. «Il existe, pour simplifier, trois types de climatisations : la climatisation résidentielle (particuliers), du grand tertiaire (c’est à dire les bureaux, les grandes banques, les compagnies d’assurances) et la climatisation industrielle. Pour ce qui est du secteur résidentiel, si l’on prend pour exemple l’installation d’un appareillage dans un appartement de 100 mètres carrés, où l’on peut évaluer qu’il y aura un besoin de 5 ou 6 climatiseurs, le coût de cette installation peut fluctuer entre 6 000 et 15 000 dirhams. En ce qui concerne le grand tertiaire, celui-ci fait appel à des installations centralisées, évidemment plus chères, mais qui ont l’avantage, compte tenu de la taille des locaux à climatiser, d’offrir le maximum de confort et de permettre la plus grande économie d’énergie. Enfin, la climatisation à usage industriel a des caractéristiques qui lui sont propres et même parfois très rigoureuses. On peut citer par exemple les usines de semi-conducteurs, les entreprises œuvrant dans le nucléaire, les laboratoires pharmaceutiques ou les hôpitaux qui nécessitent des salles à empoussièrement contrôlé et des systèmes de climatisation permettant le filtrage et le traitement de l’air. La maintenance y est de toute première importance et doit être effectuée régulièrement». C’est là le rôle de Laurent Bouillet ou de Ventec Maroc. «Il est toutefois à noter, poursuit Eric Aubspin, qu’en ce qui concerne les établissements de santé au Maroc, la législation sur les mesures rigoureuses d’hygiène à respecter fait encore défaut , ce qui nuit à la qualité des soins et peut même avoir des incidences sur la santé des patients qui pourraient être évitées si une législation précise encourageait à la rigueur. Il est aussi de notre devoir de participer à la prise de conscience en matière de respect de l’environnement et de bannir autant que faire se peut les installations contribuant à la déclaration de cet environnement, notamment celles qui menacent la couche d’ozone, participant à l’effet de serre et au réchauffement de la planète».