Ki Derti Liha, une émission qui met en avant la reconversion professionnelle

Ki Derti Liha est une nouvelle émission web produite par la plateforme d’orientation scolaire 9rayti.com. L’idée est de montrer toutes les possibilités de carrières existantes.

Fondé par Adam Bouhadma, 9rayti.com, dont la société éditrice est Media Education Company, est un site web dédié à l’orientation scolaire. Cette plateforme a, depuis le 16 juin 2019, un nouveau né : Ki Derti Liha (comment l’as tu fait ?). Une émission vidéo dont le concept consiste à donner la parole à des invités, issus de divers horizons, pour raconter leurs parcours. Dix-neuf épisodes ont déjà été diffusés relatant des itinéraires atypiques.

Un diplômé en commerce à l’OFPPT, devenu célèbre animateur télé. Une ouvrière dans une usine de textile devenue professeur d’anglais. Une personne à mobilité réduite, à qui une directrice avait refusé l’accès à l’école primaire, aujourd’hui docteur en intelligence artificielle…

« Nous essayons de mettre en avant des tranches de vie qui rendent particulier le parcours de l’invité, et ce à travers des éléments, tant positifs que négatifs. Nous traitons des problématiques et posons des interrogations auxquelles font face les étudiants, au cours de leurs parcours », nous résume Safaa Issaad, réalisatrice de l’émission. « Nous essayons de montrer toute la diversité des opportunités possibles tout en insistant sur les domaines porteurs », poursuit-elle.

La reconversion, trame de fond de l’émission 

Parmi les 19 invités de Ki Derti Liha, la grande majorité est trentenaire. « Une personne de 35 ans, qui a le recul nécessaire et a avancé dans sa carrière, peut témoigner que l’échec peut s’avérer une occasion de remise en question, en vue de réorienter sa carrière», explique la réalisatrice de l’émission. Et de nous révéler également que “comme le nombre d’épisodes prévu est de 50, nous aurons forcément d’autres profils, à savoir des cadres, techniciens, etc. Nous souhaitons avoir des invités plus jeunes ».

L’émission traite également de l’échec. Car, développe Safaa Issaad, “l’échec est mal perçu au Maroc. On considère, à tort, qu’un jeune de 21 ans, qui a échoué à un moment, a déjà raté sa vie”. D’où une autre notion fondamentale que l’émission met en avant, de manière claire : la reconversion. “C’est un sujet sur lequel nous avons mis l’accent. Elle est connectée à d’autres thématiques comme la liberté, l’ouverture d’esprit…”.

Une émission qui interagit et évolue 

Ki derti Liha est une émission qui interagit avec son environnement. Pour collecter les informations nécessaires pour mieux identifier le concept, “nous avons, en amont, organisé un focus groupe. Nous avons discuté de plusieurs aspects, avec des professionnels de l’orientation, des jeunes étudiants, des élèves ainsi que des parents”, nous dit Safaa Issaad.

Cette interaction est également un moyen qui permet à l’émission d’évoluer, et ce dans la mesure où “les commentaires des internautes sont une bonne source d’information et d’inspiration, permettant d’améliorer le contenu”. Sur ce dernier point, la réalisatrice se dit “satisfaite. Car, au début, l’interaction était faible, mais elle a ensuite pris un bon élan”. 

Pour toucher le maximum d’internautes, la réalisatrice se charge également de la traduction des témoignages des invités en darija.

Le choix des invités 

Trouver des personnes qui peuvent livrer leurs parcours n’est pas toujours chose aisée. Deux moyens sont mis à l’oeuvre pour en dénicher quelques-uns : “les candidatures ou nominations via des commentaires sur Facebook, mais aussi sur le réseau professionnel de la société”, nous indique Mme Issaad. Le principal critère pour sélectionner les invités est la sincérité. « Les internautes y sont très sensibles. Cela se constate justement à travers les commentaires”, précise-t-elle. 

Selon cette dernière, “nous faisons un journalisme de solutions. Nous mettons en avant des modèles imitables, qui ne sont pas forcément des succes sorties, certes. Car nous ne voulons pas nous limiter aux parcours rares et extraordinaires”. Un réalisme dans le choix des invités qui a pour finalité, ajoute la réalisatrice de 26 ans diplômée en marketing, que “le message soit entendu”.

Un financement pour « une bouteille à la mer « 

L’équipe derrière Ki Derti Liha est “convaincue de la puissance de la vidéo”. Constatant que les jeunes passent beaucoup de temps sur leurs smartphones, et en particulier sur Facebook”, a apporté des réglages au concept originel, réalisé avec des experts.

Que les internautes soient inséparables de leurs smartphones n’est pas le seul facteur qui a fait que 9rayti.com a réessayé. En effet, c’est grâce à un financement d’“un million de dirham”, obtenu après de l’Union européenne a travers CFI.

« Nous avons participé à un appel à candidature, fin 2018. CFI a retenu 10 projets de la région MENA, dont le nôtre », nous dit Safaa Issaad. Outre le financement, “nous avons également bénéficié d’un accompagnement et d’une mise en relation avec des experts en médias et en informations ainsi qu’une formation”, ajoute-t-elle.

« Nos vidéos ne sont pas diffusées pour être de sitôt oubliées. Ce sont autant de bouteilles à la mer », précise Safaa Issaad. Des leçons de vie qui incitent les jeunes à “s’instruire, se forger et devenir citoyen du 21ème siècle », souhaite-elle.