Inondations de Taroudant : sur les lieux du drame

Quelques heures après la tragédie qui a frappé le village de Tizerte, «La Vie éco» s’est rendu dans la localité endeuillée. Le terrain avait été aménagé par la société civile, mais les autorités locales ne sont pas exemptes de tout reproche. L’heure est aux questionnements.

Il faut presque trois heures pour arriver dans le village de Tizerte dans la province de Taroudant après 170 km au départ d’Agadir. Le plus difficile de la route à parcourir est un tronçon de piste de 12 km environ, aménagé dans la montagne, à peine assez large pour laisser passer un véhicule. Ce jeudi 29 août, en début d’après-midi, moins de 24 heures après les inondations survenues dans la localité, causant la mort de sept personnes emportées par la crue de la rivière, le temps est encore pluvieux et le ciel bas et sombre, à l’image de l’ambiance qui règne dans la localité après la tragédie. C’est donc avec le cœur lourd et angoissé que nous empruntons la route sinueuse dans un véhicule tout terrain pour arriver jusqu’au village. Il faut s’arrêter à plusieurs reprises sur le bas-côté pour laisser passer des véhicules en sens inverse. C’est que depuis hier soir le monde de près ou de loin converge vers ce village qui, jusqu’à ce mercredi 28 août, n’était véritablement connu que de ses habitants et de ses natifs.

Inondations de Taroudant
Inondations de Taroudant 2019

 

Inondations de Taroudant
Inondations de Taroudant 2019

Déploiement massif des forces de l’ordre et des sauveteurs

Quinze heures, nous arrivons sur les lieux. Dès l’entrée du village le nombre important de véhicules des forces de l’ordre et des sauveteurs (gendarmerie, autorités locales et protection civile) indique que l’heure est grave et renseigne sur la grande mobilisation suite aux événements survenus. La pluie qui recommence à tomber et l’annonce d’une nouvelle crue empêchent les recherches entreprises d’avancer pour retrouver le corps d’une victime portée disparue. On apprendra par la suite que le corps sans vie de la victime ne sera retrouvé que lundi suivant, soit cinq jours plus tard.

Inondations de Taroudant
Inondations de Taroudant 2019

Les forces de l’ordre attendaient donc ce jeudi la fin de l’intempérie pour aller sur le terrain. Beaucoup d’entre eux étaient sur les lieux depuis la veille et avaient passé la nuit dans leur véhicule. La localité est de nouveau menacée et les risques sont grands pour la population. Impossible de traverser l’oued car la crue est imminente. Les gendarmes font barrage à tout le monde par mesure de sécurité.

Une population sous le choc

Dès l’entrée du village nous laissons notre véhicule pour nous rapprocher à pied du terrain de football, lieu de la tragédie. Pour cela, il nous faut monter un flanc de la montagne qui surplombe le site. Avec l’aide de Hassan El Bahi, un natif du village, nous y arrivons après quelques minutes de marche et en grimpant la colline. Nous finissons par avoir une vue dominante sur le lieu. Les gradins et les ruines du portail et des vestiaires de ce stade de fortune rappellent encore comment des habitants du village ont contribué pour faire de leur terrain un stade équipé.

Inondations de Taroudant
Inondations de Taroudant 2019

Notre accompagnateur regarde tristement les lieux et nous raconte comment depuis près de 40 ans ils ont joué petits et grands sur ce site. Plus jamais personne n’ira jouer au football à cet endroit, c’est certain. Lors de cette tragédie, son jeune neveu, à peine 14 ans, a failli perdre la vie. L’adolescent, encore la peur dans les yeux, traumatisé par ce qu’il a vécu, relate comment il a eu la chance de s’accrocher à un tronc d’arbre pour ne pas être emporté par la crue, après que le local des vestiaires sur lequel il était perché avec d’autres personnes se soit écroulé. Aujourd’hui, après avoir enterré leurs morts, les habitants du village endeuillés, sont encore sous le choc. Ceux des villages voisins arrivent en petits groupes pour leur présenter leurs condoléances. Mais difficile de les réconforter. Ils regardent tristement et silencieusement le déploiement sur les lieux des forces de l’ordre venues pour les secours. Mais rien ne pourra les consoler. L’heure est au questionnement. «Et s’ils n’avaient pas aménagé ces lieux ?», et «s’ils avaient quitté le site à temps avant la crue ?», sont autant de questions qu’ils se posent.

Si l’aménagement de ces vestiaires est le fait de la société civile locale, il n’en demeure pas moins que les responsables locaux étaient associés à cette initiative. Ce faisant, ils auraient pu veiller à l’application et au respect de la charte de l’urbanisme et ainsi interdire toute construction sur les lieux. Cette situation met en exergue les risques qui menacent les nombreuses constructions aménagées au vu et au fait de tous sur le lit des oueds et autres cours d’eau, et face auxquelles il ne faut pas attendre une catastrophe pour réagir.

Inondations de Taroudant
Inondations de Taroudant 2019