GMT+1: les écoles privées sont-elles concernées par le changement des horaires?

Les établissements d’enseignement privé ne sont pas dans l’obligation de s’assujettir aux nouveaux horaires fixés par le ministère, sous réserve d’approbation des académies régionales d’éducation et de formation.

Le communiqué du ministère de l’éducation nationale en date du 27 octobre avait bien indiqué que le changement des horaires scolaires portait sur l’ensemble des établissements, qu’ils relèvent du secteur public ou de celui privé. Sauf que… ce dernier n’est pas dans l’obligation de s’assujettir à cette décision, nous indique une source autorisée au ministère de l’éducation nationale, la formation professionnelle, l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. En vertu de la loi 06-00 formant statut de l’enseignement scolaire privé, la gestion du quotidien des établissements d’enseignement scolaire privé est du domaine des académies régionales d’éducation et de formation, précise notre source.

Si une école privée estime qu’il est nécessaire de changer ses horaires, elle se doit de contacter à ce sujet l’Académie régionale dont elle relève, nous répond-t-on au ministère. Autrement dit, les opérateurs du secteur privé sont libres de ne pas se conformer aux horaires imposés par le ministère de tutelle, à condition que l’Académie donne son aval.

Selon nos sources, le ministre de l’éducation nationale, Said Amzazi, reçoit aujourd’hui les délégations syndicales pour leur exposer de nouveaux horaires, en se basant sur ceux présentés lundi 29 octobre par la Fédération nationale des parents d’élèves et discutées avec les associations similaires. Il s’agit d’un horaire flexible selon la saison. La proposition comporte un horaire d’hiver (de novembre à février) et un autre d’été (de mars à juin).

Rappelons que ces différentes adaptation ont pour but que « les élèves entrent et sortent de l’école dans la lumière du jour », selon le commentaire de M.Amzazi dans des déclarations aux médias.