Equitation : Questions à  Leina Benkhraba membre de l’équipe nationale du saut d’obstacles

«Le succès d’Ouaddar est une réelle source d’inspiration»

La Vie éco : Parlez-nous d’abord de votre parcours personnel et comment vous êtes-vous retrouvée à faire de l’équitation ?

Mes parents sont tous les deux cavaliers. Mon père a monté pendant longtemps en équipe nationale et il nous a transmis à ma sœur et moi la passion du cheval.

Comment pouvez-vous décrire votre rapport avec le cheval ?

J’ai été très proche des chevaux depuis ma plus tendre enfance. Ma mère m’a transmis l’amour des chevaux. Elle m’a appris à les respecter, à en prendre soin et de toujours croire en eux. Le cheval est un animal formidable. Chaque cheval a sa propre personnalité, son propre caractère. Tous les chevaux sont différents. C’est ce qui rend ce sport si magnifique et c’est incroyable quand on s’investit vraiment, quand on prend le temps de connaître et de comprendre le cheval. Il nous le rend bien au final.
Le saut d’obstacles est un sport qui se pratique à deux et lorsqu’on tombe sur la perle rare, sur le cheval qui a ce petit truc en plus, on se sent tout simplement invincible. On peut prendre pour exemple Abdelkebir Ouaddar qui est un pilote hors pair et son cheval Quickly de Kreisker qui est un génie de cheval, ils forment tous les deux un couple à couper le souffle. Ils se connaissent sur le bout des doigts et au final ils se sont classés 12e de la finale de la Coupe du monde à Lyon en avril et 13e aux championnats du monde, sans oublier tous les Grands prix qu’ils ont gagnés ensemble.

Quelles sont vos précédentes prestations ?

J’ai toujours fait des compétitions au niveau national. En 2013, j’ai eu l’opportunité d’avoir un super cheval, Newman Rouge, qui m’a permis de commencer à sauter de plus gros parcours au niveau international, notamment lors de la tournée du Sunshine Tour en Espagne.
En 2014, j’ai eu l’opportunité de concourir en France avec l’équipe marocaine et on a réussi à se qualifier pour les championnats du monde qui ont eu lieu en septembre.

Pensez-vous que l’on peut dire que l’on a pu construire une équipe nationale qui va durer ?

Ce qui est sûr c’est que le succès de Ouaddar est une réelle source d’inspiration pour tous les cavaliers marocains. On rêverait tous un jour d’arriver aussi loin que lui car il fait vraiment partie de l’élite mondiale. C’est notre fierté nationale. Abdelkebir a comme objectif de participer aux Jeux olympiques de Rio et avec les bons chevaux et les bons moyens, il est possible pour d’autres cavaliers marocains de percer au top niveau. Actuellement, tous les efforts fournis par la Fédération royale marocaine des sports équestres vont dans ce sens. Les sports équestres au Maroc sont réellement en train de se moderniser et j’espère qu’on entendra parler de plus en plus de cavaliers marocains au plus haut niveau international.