Casablanca, en guerre contre la violence

38 000 arrestations pour actes criminels à  Casablanca pendant les huit premiers mois de 2013. La situation sécuritaire allant du 1er août 2012 au 31 janvier 2013 à  Casablanca n’a pas été, non plus, brillante, même si le préfet de police de la ville, Abdellatif Mouaddib, ne l’avait pas jugé dramatique quand il avait avancé les chiffres de cette période.

A l’époque, on avait enregistré 300 affaires de viols et d’agressions sexuelles, 57 affaires de meurtre et tentative de meurtre, et 1 038 de coups et blessures. Toujours d’après le préfet de police, 8 591 personnes ont été déférées devant le parquet général de la ville pour des affaires d’atteinte aux mœurs, 6 114 pour ivresse sur la voie publique et près de 9 000 suspects recherchés par la police pour divers crimes ont été arrêtés. Quelque 5 553 affaires de drogue ont été enregistrées, 7 310 personnes ont été poursuivies pour trafic de drogue. A la même période, le préfet de police avait annoncé la nouvelle stratégie sécuritaire de la ville, notamment dans un certain nombre de quartiers qui se sont transformés en lieux de batailles rangées. Selon les statistiques du ministère de la justice, le nombre de crimes est passé au Maroc de 400303 en 2003 à 445 556 en 2011. Pour conclure que le taux de criminalité au Maroc reste quand même inférieur à celui de pays comparables.