Awal : une étude sera lancée pour évaluer les enjeux économiques de la mixité et du vivre-ensemble

Libérer la parole sur les sujets de société et sensibiliser les jeunes. Tels sont les objectifs de Awal dont les actions et initiatives ciblent les jeunes filles et garçons mais aussi les politiques. Débat et partage des idées permettront d’œuvrer pour la concrétisation d’un projet de société conforme aux mutations qu’a connues le Maroc à travers notamment la Constitution de 2011.

Une étude sur les enjeux économiques de la mixité et du vivre ensemble. C’est un des projets que compte lancer en septembre prochain l’Association Awal créée en mai 2018. L’objectif est, explique Nouzha Skalli, présidente de Awal, «de renforcer le plaidoyer sur la mixité. Il s’agit d’évaluer les enjeux de la mixité et du vivre-ensemble afin de libérer les forces et énergies des femmes et des hommes pour leur permettre de jouir de leurs droits dans tous les domaines». L’étude sera menée par des économistes et des experts et ses conclusions seront par la suite partagées dans le cadre d’un débat dans le but de sensibiliser la société, les jeunes et les actrices et acteurs associatifs et politiques.

Cette étude s’inscrit dans le cadre des objectifs de Awal, ou parole en tamazight, qui se positionne, explique Mme Skalli, comme une composante du mouvement pour les droits humains et les libertés fondamentales et surtout pour l’exercice de la pleine citoyenneté des femmes et des hommes. Et dans ce contexte, Mme Skalli souligne : «Notre espoir est de mobiliser la société pour le développement de la citoyenneté. Par exemple, à travers la sensibilisation des jeunes à l’exercice du droit de vote. Et ceci afin qu’ils puissent faire le lien entre l’abstention électorale et la responsabilité dans le choix de nos représentants politiques. Car l’exercice du droit de vote contribue au changement de la société».

Créée en mai 2018, après une année de réflexion, Awal ambitionne d’initier et de fédérer des actions de réflexion, de sensibilisation, de plaidoyer et de mobilisation sociale autour de ses principaux objectifs, notamment la promotion des valeurs humanistes, des droits humains, des libertés individuelles et collectives, de l’égalité et des identités plurielles et la promotion de la démocratie, de la justice, de la bonne gouvernance et de l’environnement. L’association entend également favoriser l’art, la créativité artistique et le dialogue culturel ainsi que la diplomatie culturelle au niveau régional et international.

Zanka Dialna, Zanka Bla violence, Kayna, Tahadi el moussawat, autant de partenaires de Awal

La Constitution de 2011 a certes consacré les droits humains des femmes, des enfants, etc., mais on constate une faible appropriation des valeurs de la Constitution par les acteurs politiques, ce qui explique le retard pris dans sa mise en œuvre sur le terrain. C’est pourquoi Awal, en ouvrant le débat sur les droits et les libertés, vise «une appropriation de ces valeurs par les politiques et notamment les partis politiques qui ont parfois perdu de vue leur mission pour promouvoir un projet de société fondé sur les valeurs de droits humains et libertés», signale Nouzha Skalli. Elle ne manque pas de souligner que les actions menées par Awal se font dans le cadre «d’une approche participative associant les compétences et bonnes volontés souhaitant collaborer de manière innovante autour des valeurs humanistes du vivre-ensemble et de la solidarité ; et aussi dans le cadre d’un plaidoyer auprès des pouvoirs publics et des décideurs».

Pour mener ses actions, l’association travaille pour la mobilisation, à travers le pays, des relais, des groupes de jeunes et des acteurs du monde de la culture, de l’art et de la recherche pour une mobilisation et l’organisation d’une veille stratégique sur les initiatives en matière de libertés individuelles et des droits. On citera alors le partenariat avec plusieurs associations comme Zanka Dialna à Rabat, Zanka Bla Violence, Kayna ou encore Tahadi el Moussawat à Casablanca, qui ont mené des initiatives innovantes avec l’introduction de l’art et de la culture pour améliorer le vivre-ensemble dans l’espace public.Ces associations ont été invitées à la table ronde organisée en avril dernier à Casablanca par Awal et une autre activité est en préparation pour le mois de septembre prochain.
La prochaine étape sera la mobilisation du tissu associatif au niveau des différentes régions dans une stratégie commune, l’objectif à travers ces initiatives est, conclut la présidente de Awal, de «partager nos idées afin qu’elles aient un écho auprès des jeunes pour un projet de société basé sur le respect des valeurs, des libertés et des droits des femmes et des hommes».