2 500 produits chimiques dans une cigarette !

5 millions de morts chaque année dans le monde à  cause du tabac
Le fumeur marocain dépense en moyenne 20 DH par jour pour ses cigarettes

Le risque principal du tabagisme est le cancer du poumon.

Le tabagisme est un problème de santé publique. Il est responsable de nombreuses maladies et fait partie des principales causes de décès. On estime à  5 millions le nombre de morts imputables au tabac dans le monde, chaque année. Le taux de fumeurs au Maroc avoisine 18% de la population, 32% d’hommes et 4% de femmes. Plus les femmes ont un niveau d’éducation élevé, plus le tabagisme augmente. Chez l’homme, on observe l’inverse. Le tabac coûte cher au fumeur marocain : 20 DH par jour.

Rapportée à  la population du Maroc, la consommation est estimée à  plus de 700 cigarettes par an et par habitant, affirme le Pr. Taoufik Fassi Fihri, chef du service de pneumologie à  l’hôpital Ibn Sina, à  Rabat. Il rappelle qu’une cigarette contient plus de 2 500 produits chimiques, la plupart toxiques pour l’organisme. La nicotine, d’abord, qui, après inhalation de la fumée, atteint le cerveau en 5 secondes. Elle entraà®ne la dépendance physique et psychologique. C’est un poison violent : 8 gouttes de nicotine pure peuvent tuer un cheval en quelques minutes.

8 gouttes de nicotine peuvent tuer un cheval en quelques minutes
La cigarette contient aussi du monoxyde de carbone, gaz toxique qui se fixe sur l’hémoglobine à  la place de l’oxygène et a des effets nocifs sur le système cardiovasculaire. Les goudrons, eux, sont responsables des différents cancers, surtout le cancer du poumon. On retrouve aussi dans la cigarette de la dioxine, de l’arsenic, du cadmium et bien d’autres produits toxiques.

Le risque principal du tabagisme est le cancer du poumon, le seul cancer qui peut être prévenu, mais aussi le plus difficile à  soigner. Les affections cardiovasculaires ainsi que les maladies respiratoires chroniques sont d’autres pathologies liées au tabac. Mais on retrouve aussi l’artérite des membres inférieurs, parfois compliquée d’amputation, les troubles gastriques, la diminution de la mémoire, de l’acuité visuelle et de la libido. Sans oublier les complications de la grossesse et de l’accouchement chez les fumeuses. Même si on ne fume que 5 cigarettes par jour, le risque existe. La fumée des autres fumeurs, ou tabagisme passif, est tout aussi nocive, surtout chez les enfants.

Avec l’arrêt du tabac, on améliore le souffle et l’endurance, le goût et l’odorat. Le teint s’éclaircit, l’haleine devient plus fraà®che, la libido s’améliore… (voir aussi «Télex»). Le meilleur moyen de lutter contre le tabagisme, précise le Pr. Fassi Fihri, c’est d’empêcher les jeunes de fumer, aider les fumeurs à  arrêter, interdire la publicité et la vente aux mineurs, augmenter le prix du tabac et organiser des campagnes de prévention dans les établissements scolaires. Au Maroc, les consultations d’aide au sevrage sont très peu développées.

Si à  chaque consultation, quel que soit le motif, chaque médecin posait à  son malade ces deux questions : «Fumez-vous ?» et «voulez-vous arrêter de fumer ?», on augmenterait le pourcentage d’arrêts définitifs de 2 à  5%