Un projet humanitaire pour aider les malades atteints de thalassémie

Des centaines de Marocains atteints de thalassémie décèdent avant l’à¢ge de 10 ans.
Un texte de loi incitant les jeunes couples qui veulent se marier à  subir un examen sanguin qui leur permet de savoir s’ils sont porteurs ou non du gène de la thalassémie.

Vendredi 8 janvier fut une journée exceptionnelle pour le service d’hématologie et d’oncologie pédiatrique de l’hôpital universitaire des enfants de Rabat. Et plus particulièrement pour le personnel médical qui s’occupe des enfants atteints de thalassémie. Les locaux de cet établissement hospitalier étaient auréolés de couleurs d’une caravane humanitaire appelée Overland, qui est à sa 12e expédition à travers le monde. Les responsables italiens de cette odyssée africaine ont décidé de la  consacrer à la défense de la cause des enfants atteints de thalassémie au Maroc.

Cette caravane, dont le point de départ est le Maroc, prévoit de réaliser un itinéraire  de 47 000 km à travers une trentaine de pays africains, sur une période de 3 mois.

Pour Beppe Tenti, le promoteur de cette action humanitaire, «depuis 1996, nous avons parcouru à travers le monde sur nos camions plus de 285 000 km, pour apporter une aide humanitaire et médicale. L’un de nos camions est équipé de matériel de télémédecine qui nous permet d’être en permanence en contact avec un hôpital universitaire de Palerme. Cela donne la possibilité à notre équipe médicale ambulante d’être en contact en temps réel  avec  des experts italiens  qui donnent les bonnes indications à suivre».

Pour sa part, le Pr Mohammed Khattab, président de l’Association marocaine de thalassémie, la visite de cette caravane italienne vient renforcer un projet humanitaire pour aider les malades atteints de thalassémie, initié depuis 2007 par le club Rotary Chellah de Rabat et celui de Genova en Italie, se poursuit jusqu’en 2011. Ce projet vise d’abord à mettre en place, à Rabat, un centre d’excellence pour la prise en charge de cette maladie héréditaire, ensuite de faire bénéficier les rares spécialistes marocains, qui s’occupent de cette pathologie, de l’expertise italienne dans ce domaine. D’autant plus que le programme thalassémie Maroc 2007-2011 ambitionne de faire passer un texte de loi incitant les jeunes couples qui veulent se marier à subir un examen sanguin qui leur permet de savoir s’ils sont porteurs ou non du gène de la thalassémie.

«C’est le seul moyen actuellement disponible à travers le monde pour prévenir cette maladie et grâce auquel des pays, comme l’Italie, ne donnent plus naissance à des enfants atteints de thalassémie, ce qui leur permet de mieux s’occuper des adultes thalassémiques, en leur offrant une meilleure qualité de vie», souligne le Pr Khattab. Car, ajoute ce spécialiste en hématologie pédiatrique, «aujourd’hui au Maroc et au XXIe siècle, plusieurs dizaines voire des centaines de Marocains atteints de thalassémie décèdent avant l’âge de 10 ans, faute de prise en charge thérapeutique  correcte très contraignante pour les malades et pour les équipes soignantes. Cela consiste en l’administration de transfusion sanguine mensuelle, durant toute la vie, associée à la prise d’un médicament destructeur du fer qui s’accumule dans le corps du fait des transfusions itératives».

Pour sa part, le Dr Abderrahman Benarfa, coordonnateur du projet thalassémie Maroc au sein du club Rotary de Chellah, espère «que grâce à cette caravane africaine, la filière marocaine de cette dernière devient un partenaire pour le programme thalassémie Maroc 2007-2011, qui aspire à créer des antennes régionales pour la prise en charge des malades atteints de thalassémie en collaboration avec des centres régionaux de transfusion sanguine qui relèvent du ministère de la santé».