Un congrès mondial sur la santé physique à  Marrakech

Le premier congrès international «Move» aura lieu à  Marrakech
du 15 au 18 novembre.

«L’exercice physique bénéfique pour la santé n’est pas nécessairement du jogging ou un sport collectif o๠l’on se dépense trop. La marche régulière, 20 minutes par jour, 2 à  3 fois par semaine, a des vertus préventives et thérapeutiques sur plusieurs pathologies, notamment le diabète, le surpoids, les affections cardiaques ou les troubles liés à  la ménopause», affirme le Dr Marc Kaplun, spécialiste en médecine du sport à  Genève, qui présidera le premier congrès international «Move» – consacré à  «Santé et l’exercice physique» – qui aura lieu à  Marrakech du 15 au 18 novembre. Le but de l’événement, précise le Dr Kaplun, est de stimuler la communication et le débat scientifique sur tous les aspects de la recherche, de l’éducation et de la promotion de la santé par le biais de l’exercice physique. L’accent sera mis principalement cette année sur la cardiologie, la pneumologie, la diabétologie/endocrinologie et la santé de la femme.

Cette rencontre internationale de formation médicale continue sur la santé et l’activité physique bénéficie du soutien de plusieurs sociétés savantes de spécialité en Suisse, principalement de médecine générale, de médecine interne, de pédiatrie, de médecine du sport, de pneumologie et de cardiologie. D’autres thématiques aussi importantes seront développées – «risques et bénéfices des sports d’altitude», «poumons et plongée sous marine» ou «poumons et montagne», «dopage et mort subite», «activité physique et grossesse», «accouchement» ou «ménopause».

La tenue de cette rencontre coà¯ncide avec la publication d’une étude internationale qui confirme que surpoids et obésité sont des facteurs importants de déclenchement de tumeurs malignes. Ainsi, le dernier rapport du Fonds mondial de recherche contre le cancer (World Cancer Research Fund, WCRF) a été consacré aux liens entre cancers et activité physique, alimentation et nutrition. Il s’appuie sur près de 500 000 études scientifiques parues ces vingt dernières années, dont 22 000 ont été retenues et 7 000 choisies pour l’élaboration de recommandations pour les politiques de santé et les comportements individuels. La principale conclusion de l’étude confirme qu’il existe bien un lien entre surpoids/obésité et cancer. A titre d’exemple, le risque de cancer des intestins, du sein, du pancréas, de l’Å“sophage, du rein et de l’utérus est nettement augmenté chez les personnes obèses ou en surpoids.