Un centre d’enseignement des soins d’urgence à  l’horizon 2012

Le projet a nécessité un financement de 1,3 million d’euros.
Il vise le renforcement
du cadre institutionnel et organisationnel du prélèvement et de la greffe de tissus
et d’organes humains.

Le lancement officiel à Rabat  du projet d’appui à la politique de prise en charge de l’insuffisance rénale chronique et des urgences médicales (APPCIRCUM) a eu lieu les 3 et 4 avril courant, sous la présidence de la ministre de la santé Yasmina Badou. Ce projet ayant pour ossature deux composantes : l’appui à la mise en œuvre de la stratégie nationale de gestion des urgences médicales au Maroc et l’appui à la prise en charge de l’insuffisance rénale chronique ainsi que la réalisation de greffes d’organes et de tissus.
La première composante a pour principaux axes stratégiques l’intégration des urgences hospitalières et préhospitalières, la coordination et la mise en réseau des différents partenaires, la formation, le renforcement et l’évaluation des compétences existantes. Cela passera par l’élaboration d’un cadre réglementaire adéquat, basé sur des procédures et des protocoles et surtout la création d’organes de coordination, d’un comité national et des comités régionaux de gestion des urgences préhospitalières. L’autre élément fondamental, le renforcement des compétences dans le domaine des urgences préhospitalières, notamment la formation à la médecine d’urgence dans son volet primordial, la  régulation médicale, qui nécessite la formation de médecins régulateurs et des permanenciers  ainsi que du personnel infirmier des unités mobiles et les ambulanciers.

Ce projet prévoit également l’appui pédagogique et organisationnel au centre d’enseignement des soins d’urgences des centres hospitaliers de Casablanca et de Rabat, disposant de leur propre unité de documentation. Il aura par ailleurs à Fès un centre d’évaluation et d’expertise constitué d’experts nationaux. La date de finalisation de ce projet, qui a nécessité un financement de 1,3 million d’euros, est programmée pour le 31 décembre 2012.
Le projet d’appui à la politique de prise en charge de l’insuffisance rénale chronique et de greffes d’organes vise le renforcement du cadre institutionnel et organisationnel du prélèvement et de la greffe de tissus et d’organes humains, le déploiement du registre Magredial Maroc Greffe Dialyse dans toutes les régions du Maroc et la création des conditions pour l’extension vers d’autres types de greffes. Les axes stratégiques reposent sur la mise en place d’un cadre réglementaire et organisationnel du prélèvement et de la greffe de tissus et d’organes humains, l’assistance des CHU de Casablanca et de Rabat dans le processus de développement de la greffe du rein à partir de donneurs vivants apparentés et puis à partir de donneurs en état de mort encéphalique.

L’extension géographique des activités de greffes avec le développement de la greffe rénale pédiatrique et la mise en place des conditions pour développer d’autres types de greffes, telles celles de tissus (cornée, os, peau) ou de cellules souches hématopoïétiques, sont les autres charpentes de l’édifice de la greffe d’organes et de tissus au Maroc, qui a nécessité un financement de 1,19 million d’euros, également sous forme de don.