Pour un été sans risque pour la santé

Activité physique excessive, maladies chroniques, médicaments et certains travaux manuels exposent à  des complications de santé en cas de canicule.

Saad Fassi Fehri, néphrologue à Rabat, recommande, afin de prévenir les problèmes rénaux, de boire des quantités suffisantes d’eau, de un litre et demi à deux en 24 h, pour pouvoir compenser les pertes liquidiennes. Il préconise également un apport de sel adapté, surtout pour les personnes âgées et les enfants. Et d’une manière ciblée, il insiste sur le fait que les personnes atteintes d’affections rénales chroniques, notamment une insuffisance rénale, doivent consulter leur médecin traitant, pour des conseils personnalisés, avant d’entamer tout voyage, en particulier sur de longues distances, en voiture.
Les spécialistes recommandent, par ailleurs, de ne pas attendre d’avoir soif pour boire. Et en cas d’activité physique intense, par temps chaud, de boire de deux à quatre verres de liquide frais par heure. Ils conseillent en outre d’éviter toute boisson alcoolisée, caféinée ou à teneur élevée en sucre, car elle accroît la perte des liquides. Enfin, ne pas boire des boissons très froides, car elles peuvent être une source de crampes abdominales.
Cependant, pour les malades qui souffrent d’épilepsie, d’une maladie cardiaque, hépatique ou rénale, ou ceux qui suivent un régime restrictif en liquides, il est impératif de consulter un médecin avant d’augmenter toute consommation de liquides. Certains groupes sont plus vulnérables, notamment les personnes âgées, les nourrissons et les enfants d’âge préscolaire. Il y a aussi les personnes dialysées ou celles atteintes d’une maladie chronique comme le diabète, une cardiopathie ou une maladie respiratoire, celles qui s’adonnent à un sport ou à une activité intense à l’extérieur, celles qui accomplissent un travail extérieur éreintant pour une période prolongée comme les employés du bâtiment ou d’industries qui dégagent de la chaleur (boulangeries, établissements de nettoyage à sec…).
Certains médicaments, notamment pour le traitement de troubles mentaux, la dépression, la maladie de Parkinson, des diurétiques, certains antihistaminiques, des somnifères et des antidiarrhéiques, dont les prescriptions et les posologies non respectées, peuvent avoir des effets néfastes, dans les périodes de grande chaleur. Parmi les troubles causés par des températures élevées, on a la crampe de chaleur.
Il s’agit de contractions douloureuses des muscles des jambes et de l’abdomen souvent accompagnées d’une transpiration abondante. Pour les soulager, il suffit de s’installer dans un endroit frais, de masser légèrement les muscles endoloris et de boire de petites gorgées d’eau. Autre trouble : l’épuisement dû à la chaleur qui se caractérise par une transpiration abondante, une peau pâle et froide ou des rougeurs.
Il est recommandé de boire de l’eau à petites gorgées, environ un demi-verre toutes les 15 minutes, à moins de se sentir nauséeux. En cas de vomissements, une consultation médicale s’impose. Mais l’une des situations dangereuses est le coup de chaleur ou insolation, qui constitue une urgence médicale grave, parfois mortelle. La température interne est très élevée (39,4 °C), le pouls est rapide et fort, la respiration est courte.
La victime d’un coup de chaleur peut présenter des maux de tête avec élancements, étourdissements, nausée, confusion, peau rouge, chaude et sèche (absence de transpiration) et évanouissement possible. Dans ce genre de situation, c’est l’hospitalisation, car toute attente pourrait être fatale.