Les traumatismes oculaires et le rôle primordial de la prévention

Cataracte, plaie du globe oculaire, infections intraoculaires profondes et sections des voies lacrymales, peuvent être d’origine traumatique.

Les cataractes peuvent être d’origine traumatique. Elles sont fréquentes et graves par le retentissement sur la fonction visuelle. C’est une pathologie lourde pouvant évoluer vers une perte de la vision binoculaire, a fortiori quand les lésions associées sont importantes, que le sujet est jeune et que la prise en charge a été retardée. Sachant que le pronostic visuel est conditionné par le délai et le mécanisme du traumatisme, la technique chirurgicale et surtout les lésions associées et leurs complications. Ce sont les principales conclusions d’un travail scientifique, qui a concerné une période de 5 ans et demi (de janvier 2004 à septembre 2009). Ce travail a été présenté par le service d’ophtalmologie de l’Hôpital des spécialités de Rabat, lors du XXIIIe congrès national d’ophtalmologie, qui s’est déroulé à Marrakech du 4 au 6 février. Un autre travail portant sur une période s’étalant de 2006 à 2009, concernant les traumatismes oculaires sévères, présenté par l’équipe d’ophtalmologie de l’Hôpital d’instruction militaire Mohammed V de Rabat, a insisté sur la gravité de ce type de traumatisme, qui, en l’absence d’une prise en charge précoce et adaptée, conduit à des séquelles en termes de malvoyance et de cécités définitives. Une étude, développée par l’équipe d’ophtalmologie pédiatrique du CHU Ibn Rochd de Casablanca, a montré l’apport de l’usage des ultrasons comme aide majeure dans l’analyse de l’impact d’un traumatisme sur les différents segments de l’œil. Par ailleurs, l’équipe d’ophtalmologie adulte de l’hôpital 20 Août a montré que les traumatismes oculaires de l’adulte sont fréquents, ils représentent de 1, 3 à 3,7% des urgences traumatiques et 5% des hospitalisations pour traumatisme. Et ils posent par ailleurs des problèmes médico-légaux à long terme, d’où l’importance de savoir les dépister lors d’un traumatisme. Le travail conclut que les contusions graves de l’œil représentent une cause importante de cécité unilatérale. Les plaies du globe oculaire chez l’enfant sont des urgences chirurgicales (très fréquentes dans notre contexte marocain) qui peuvent laisser des séquelles affectant l’avenir scolaire des victimes. D’où l’importance de mettre en place des dispositifs de prévention afin de diminuer l’incidence et la gravité de ces traumatismes, indique une étude faites entre janvier 2007 et juillet 2009 et qui a porté sur 271 victimes. Pour l’équipe d’ophtalmologie du CHU de Fès, le meilleur traitement des traumatismes oculaires dits pénétrants de l’œil chez l’enfant est essentiellement préventif, impliquant une bonne sensibilisation de l’environnement familial et scolaire des enfants, à travers une éducation sanitaire. Quant aux infections intraoculaires profondes (dites endophtalamies) qui mettent en jeu l’avenir fonctionnel et anatomique de l’œil, elles ont vu leur pronostic s’améliorer du fait de la mise en place de moyens rigoureux d’asepsie, de la rapidité des nouvelles techniques de diagnostic  microbiologique et surtout par la codification du traitement médical et chirurgical, relève le travail développé par l’équipe d’ophtalmologie du CHU Ibn Rochd et qui a porté sur 349 patients. Cela tout en précisant que les principaux facteurs de risques de toute infection intraoculaire de l’œil sont représentés par le retard de consultation, la sévérité du traumatisme avec ou non présence d’un corps étranger intraoculaire et surtout en cas d’absence d’identification du germe pathogène.