Les principaux atouts thérapeutiques des aliments probiotiques

Ce sont des micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont administrés en quantité adéquate, exercent une action bénéfique sur la santé de l’intéressé.

Rabat a abrité les 21 et 22 mai le IXe Congrès national de la Société marocaine de gastroentérologie et nutrition pédiatrique (SMGENP). Ingestion des produits caustiques chez l’enfant, pouvant occasionner des œsophagites voire des sténoses de l’œsophage, actualités diagnostiques et thérapeutiques sur la maladie cœliaque et sur la maladie de Crohn et la place des probiotiques dans la nutrition des enfants ont été les principales  thématiques du programme scientifique. Le Pr Nezha Mouane, présidente de la SMGENP et chef du service de pédiatrie  à l’Hôpital universitaire des enfants à Rabat, rappelle que «les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont administrés en quantité adéquate, exercent une action bénéfique sur la santé de l’hôte». Elle précise par ailleurs que «les probiotiques, qui sont des sortes de bactéries vivantes présentes naturellement ou ajoutées dans certains aliments, comme des yaourts, doivent être d’une innocuité totale, notamment non pathogènes et non carcinogènes». Selon le Pr Mouane, «les probiotiques doivent faire la preuve de leur bénéfice santé, pouvoir survivre dans l’aliment et surtout survivre suffisamment longtemps dans l’intestin pour avoir une action théapeutique». Il faut savoir que toute alimentation déséquilibrée, toute infection, toute prise d’antibiotiques, ou tout stress peuvent perturber le microbiote (flore intestinale habituelle), affaiblir le système de défense de l’organisme et conduire à diverses maladies. Et les probiotiques ont pour rôle la préservation du microbiote par la réduction des conséquences fâcheuses découlant de son déséquilibre. Parmi les principales recommandations des experts de la FAO/OMS, la nécessité de déployer des efforts pour rendre les probiotiques plus largement disponibles, pour les populations à haut risque de morbidité et de mortalité et l’importance du rôle des médecins dans l’information et la sensibilisation sur les bénéfices de cette catégorie nutritionnelle. L’OMS et la FAO insistent également sur la réglementation qui régule les pratiques de bonne fabrication durant la phase de production d’aliments probiotiques et l’attribution de leur bénéfice santé doit s’appuyer sur une étude bibliographique, des études précliniques et des études cliniques avec identification de la souche, de la dose et de la durée d’utilisation de l’aliment probiotique, car leurs effets santé sont spécifiques de la souche utilisée. Les principaux probiotiques sont les bactéries lactiques qu’on trouve dans certains yaourts et laits fermentés. Les récentes études ont montré qu’en plus de consommer des fibres, boire de l’eau et faire de l’exercice physique, la prise de probiotiques constitue une aide précieuse dans la régulation du transit, soulage la constipation et atténue les symptômes associés au syndrome du côlon irritable. Pour le Pr Mouane, plus de 12 études cliniques, comprenant une population générale saine, des femmes constipées, des femmes avec troubles digestifs, une population avec transit lent, ont montré qu’après ingestion de 1 à 3 pots de yaourt par jour contenant des probiotiques, on obtient rapidement une régulation du transit intestinal. Cet effet est obtenu dès la consommation d’un pot par jour durant 10 à 14 jours. L’effet est plus marqué avec une consommation de 2 à 3 pots. Cet effet a été démontré chez les adultes en bonne santé avec un transit normal à ralenti et chez les femmes et adolescentes présentant des troubles digestifs.