Les experts maghrébins se mobilisent contre la thalassémie et la drépanocytose

Le bilan prénuptial doit comporter une électrophorèse systématique
de l’hémoglobine dans les régions à risque au Maghreb.

Un forum international sur les maladies de l’hémoglobine a eu lieu à Skikda, en Algérie, les 7 et 8 juin 2007. Des experts du Maghreb et de France ont fait le point sur ces maladies héréditaires du sang que sont la drépanocytose et la thalassémie, indique le Pr Ahmed Bastangi, de Annaba.

La thalassémie prédomine dans le bassin méditerranéen. Elle se caractérise par une incapacité de l’organisme à fabriquer des globules rouges normaux. Il en résulte une anémie, une fatigue, un retard de croissance et la nécessité de transfusions sanguines mensuelles à vie.

L’étude marocaine présentée par le Pr Mohammed Khattab, chef du service d’oncologie et d’hématologie pédiatrique (SHOP) au CHU de Rabat, sur une série de 360 malades, a révélé que la maladie prédomine dans les régions du Gharb. Ceci pourrait être expliqué par la fréquence des mariages consanguins ainsi que par l’endogamie.
Quant à l’Algérie, pour les villes de Skikda et El Tarf, une série de 800 thalassémiques vit dans un rayon de 50 km, diagnostiqués, grâce à un dépistage systématique dans toutes les écoles. En Tunisie, 10% des thalassémiques sont dans le nord du pays avec 3 à 5% de porteurs.
Le dépistage de la thalassémie se fait par électrophorèse de l’hémoglobine, qui montre une anomalie de l’une de ses fractions, la A2, qui est élevée. Ainsi, une des principales recommandations du forum est que le bilan prénuptial doit comporter cet examen de sang, avant tout mariage dans les régions à risques. A Chypre, jusqu’en 1970, pratiquement toute l’île était touchée par la thalassémie. Depuis que l’électrophorèse de l’hémoglobine est systématique, la loi interdit le mariage entre porteurs de la maladie, cela a réduit à néant cette maladie en l’an 2000.

La prise en charge de la thalassémie repose sur la transfusion sanguine, qui, à répétition, provoque une accumulation du fer dans les organes (foie, cœur et pancréas) et entraîne la mort vers l’âge de 20 ans, en l’absence d’un traitement supprimant ce stock nuisible de fer et dont le coût revient à 50 000 DH par an. Seule la Tunisie l’offre à tous les malades.

Deuxième volet de ce forum, la drépanocytose, anémie héréditaire chronique transmise par des porteurs sains, caractérisée par la fabrication de globules rouges anormaux sous forme de faucilles. Cela conduit à leur blocage dans les vaisseaux sanguins et à la genèse de douleurs atroces. Elle se caractérise en plus par une anémie avec fatigue, essoufflement et infections à répétition.
Le forum de Skikda a montré que la prise en charge varie d’un pays à l’autre. Elle est plus codifiée au Maroc, en particulier à Rabat, où un centre de suivi des drépanocytaires fonctionne depuis 1990 : il prend en charge 369 patients de façon régulière. Pour renforcer la coopération maghrébine, un jumelage a été signé entre associations marocaines, tunisiennes et algériennes des malades atteints de drépanocytose et de thalassémie, pour la tenue d’une rencontre scientifique en 2008 au Maroc.