Les cliniques privées d’ophtalmologie veulent réaliser des greffes de cornées

Le ministère n’a pas d’objection de principe.
Seulement une vingtaine de greffes de cornées réalisées dans les 4 CHU du Royaume durant 2009.

Juste après la tenue du IVe congrès national de la Société marocaine de chirurgie réfractive et d’implantologie (SAMIR), qui s’est tenu à Casablanca en mars 2009, le ministre de la santé, Yasmina Baddou, avait déclaré que son département s’engage à aider à la réalisation de 1 000 greffes de cornées par an dans les établissements hospitaliers du secteur public. Cette dynamique a certes été enclenchée par la réalisation d’une vingtaine de greffes de cornées dans les 4 CHU du Royaume, durant l’année 2009, mais sans plus. Le secteur ophtalmologique libéral au Maroc, désirant être un acteur actif pour la relance de cette activité, où le Maroc occupe  actuellement les dernières positions dans le monde musulman et  arabe , a interpellé le ministère de la santé dans ce sens.

Dans sa réponse aux cliniques privées d’ophtalmologie, en mars 2009, le ministère de la santé annonce qu’il «n’a pas d’objection de principe quant à la possibilité pour une clinique de procéder à la greffe de cornée, conformément à l’article 25 de la loi n°16-98 relative au don, au prélèvement et à la transplantation d’organes et de  tissus humains …..». Un peu plus loin dans cette lettre officielle, signée Yasmina Baddou, on peut lire  «(…)Mais en l’absence de greffons prélevés localement et vu que la liste des établissements autorisés à importer est limitée, il m’est impossible d’accéder à cette requête(…)».

Ce courrier officiel se termine par le paragraphe suivant : «(…)Ceci étant, je ne saurai vous donner mon accord pour pratiquer la transplantation de greffons cornéens importés, qu’après la conclusion des dites conventions et la satisfaction des conditions d’organisation, de personnel  compétent et de moyens techniques prévus dans le décret  n°2-01-1643 du 9 octobre 2002, pris pour l’application de la loi n°16-98 susvisée, notamment ses articles 6 et 10». La SAMIR tient son Ve congrès national, les 18, 19 et 20 mars et aucune greffe de cornée n’a été effectuée dans le secteur libéral au Maroc, alors que plusieurs patients continuent à avoir des autorisations pour aller se faire greffer des cornées en Tunisie ou en Europe.