Les atteintes artérielles négligées exposent à  l’amputation

Comme la douleur disparaît après une pause de quelques minutes, beaucoup pensent qu’il s’agit d’une crampe sans importance et n’en parlent pas à  leur médecin.

Rares sont les spécialistes marocains à pouvoir pénétrer dans l’univers de la chirurgie vasculaire à l’échelle internationale. Le Pr Younes Bensaid est  l’un d’entre eux, puisque grâce à son mérite, sa témérité et ses travaux, il a été admis dans la prestigieuse Académie française de chirurgie. Le Pr Bensaid  est professeur à la Faculté de médecine de Rabat, chef du service de chirurgie vasculaire à l’hôpital Ibn Sina, président de la Société marocaine de chirurgie vasculaire et membre titulaire de la Société française de chirurgie vasculaire. Cet hommage international rendu à la chirurgie vasculaire marocaine est l’occasion pour le Pr Bensaid de rappeler que cette spécialité méconnue offre des possibilités thérapeutiques pour de nombreuses pathologies veineuses et artérielles. En cas d’obstruction des artères chez le diabétique, la chirurgie vasculaire permet la dilatation des artères de la jambe menacée de gangrène et donc d’amputation. La chirurgie carotidienne, pour prévenir des attaques cardiaques mortelles, se pratique aujourd’hui sous anesthésie locorégionale avec  tout ce que cela apporte de confort et de sécurité pour le malade opéré. Le Pr Bensaid a été également derrière la formation au Maroc d’une vingtaine de chirurgiens vasculaires et à la mise en place de services hospitaliers dédiés à cette discipline à Oujda, à Fès, à l’Hôpital militaire de Rabat et à Marrakech. Ce chirurgien vasculaire insiste sur la problématique de l’artérite oblitérante des membres inférieurs, souvent silencieuse et qui conduit dans les cas extrêmes à l’amputation.
Il rappelle qu’en France 800000 patients ont une artérite, particulièrement  chez  les hommes de plus de 50 ans, fumeurs ou ex-fumeurs et diabétiques. Par ailleurs, le 25e Congrès de chirurgie vasculaire de langue française, tenu en France en juin dernier, a attiré l’attention sur le fait qu’il est possible d’avoir une artérite sans présenter le moindre symptôme. Ce sont une douleur ou une gêne au mollet, apparaissant après avoir marché plusieurs centaines de mètres, a fortiori en montant une côte ou lors d’une marche rapide, qui peuvent donner l’alerte. Mais comme la douleur disparaît après une pause de quelques minutes, beaucoup pensent qu’il s’agit d’une crampe sans importance et n’en parlent pas à leur médecin. C’est une erreur fatale, avertit le Pr Bensaid.