La greffe de la moelle osseuse au Maroc

Elle constitue une technique thérapeutique dans certaines formes de cancers et dans les hémoglobinopathies.
Réalisée en France, elle coûterait 700 000 DH, contre seulement 250 000 DH, si elle est pratiquée au Maroc.

«La greffe de la moelle osseuse (GMO), comme technique thérapeutique, peut être indiquée dans certaines formes résistantes de cancers et dans de nombreuses affections non malignes, telles le déficit immunitaire sévère et les hémoglobinopathies, essentiellement la thalassémie et la drépanocytose sévère, au cours desquelles les malades ne peuvent survivre que grâce à des transfusions itératives et un traitement chélateur du fer à vie. Pour ces dernières pathologies, la greffe de moelle osseuse constitue un véritable traitement curatif. Cependant, elle n’est pas très développée dans notre pays», indique le Pr Said Benchekroun, chef du service d’hématologie clinique à l’hôpital 20 Août de Casablanca, lors de la conférence internationale sur la greffe de moelle osseuse, tenue à Casablanca, mardi 21 septembre courant. Par ailleurs, poursuit le Pr Benchekroun, président de la Société marocaine d’hématologie, «certains malades marocains bénéficient de cette alternative thérapeutique dans des pays comme la France, pour un coût avoisinant les 700 000 DH, alors que sa réalisation dans les hôpitaux publics universitaires marocains ne dépasserait pas les 250 000 DH, prise en charge par la CNSS ou la CNOPS». Et de renchérir qu’«il est urgent que des unités de greffes de moelle osseuse soient mises en place dans les 4 CHU du Royaume, afin de faire bénéficier les citoyens marocains de moyens thérapeutiques, assimilés à une simple transfusion sanguine dans sa réalisation et qui nécessite pas d’acte chirurgical», renchérit le Pr Benchekroun. Cette rencontre internationale sur la GMO a été marquée par la participation d’experts internationaux tels le Dr Lawrence Faulkner de la Cure2Children Foundation de Florence en Italie, ainsi que le Dr Scott Howard de Saint Jude Reaserch Hospital International aux USA, qui ont développé la greffe de la moelle osseuse comme alternative thérapeutique dans plusieurs pays à travers le monde à des coûts très abordables. Ils ont présenté leurs expériences, en présence de tous les médecins hématologues marocains des 4 CHU du Royaume (Rabat, Casablanca, Fès et Marrakech), ainsi que de tous les médecins responsables des Centres régionaux de transfusion sanguine du Maroc. Cette rencontre coïncidait avec la signature d’une convention de partenariat entre 12 clubs rotariens italiens de Genova et 11 clubs rotariens marocains de Casablanca. Un seul objectif : donner une dimension nationale au programme thalassémie Maroc et réaliser, au Royaume, la première greffe de moelle osseuse au profit d’un malade atteint de thalassémie d’ici la fin de l’année. L’acte de naissance de ce projet a été marqué par la naissance de l’ «Inter Club Rotarien Maroc contre la thalassémie», qui regroupe  11 Clubs rotariens de Casablanca : Rotary Club, Mers Sultan, Hermitage, Casablanca-Oasis, Anfa-nord, la Corniche, La Blanche, Palmiers, lumières et Atlantic. L’objectif  de ce regroupement est de participer à la mise en place d’une politique de prise en charge globale de la thalassémie, avec le concours précieux de l’Initiative nationale du développement humain. Une autre pierre à ajouter à cet édifice, la décision du ministère de la santé de mettre en place un plan national de lutte contre la thalassémie, piloté par la Direction de l’épidémiologie.