IVe congrès franco-marocain de médecine d’urgence et de catastrophe, du 26 au 28 février à  Marrakech

Pluridisciplinarité, complémentarité, technicité, organisation, flexibilité, humanisme et qualité sont autant de repères et de fronts sur lesquels lutte l’urgentiste, déclare le Pr Houcine Louardi, président du IVe Congrès franco-marocain de médecine d’urgence et de catastrophe, qui coïncide avec le IXe congrès national. La rencontre aura lieu à Marrakech du 26 au 28 février 2009. Estimant que l’urgence ne reconnaît ni heure ni lieu, il ajoute qu’elle dépasse la notion de risque individuel et communautaire pour englober l’imprévisible ou la situation d’exception. Ses acteurs ne sont pas que des soignants, des administratifs, des juristes ou des politiques. Tout le monde peut être interpellé. Dès lors, toute la société est impliquée, non seulement à l’échelle des valeurs (éthique, équité, solidarité) mais aussi à l’échelle de l’action.
Le programme de l’édition 2009, indique le Pr Louardi, tente de baliser en partie cette complexité par ses thèmes ainsi que par les expériences relatées par les experts et les intervenants nationaux, africains et européens. Les thèmes principaux abordent des urgences vitales à l’échelle individuelle, potentiellement mortelles ou invalidantes, et, à l’échelle collective, illustrées par les situations d’exception. Des aspects ayant trait à la violence aux urgences et aux rôles des infirmiers du Samu sont également au programme.
Les ateliers et les symposiums organisés conjointement avec la Société marocaine d’anesthésie réanimation (Smar), la Société marocaine de pédiatrie (SMP) et la Société marocaine de chirurgie orthopédique et traumatologique (Smacot) traitent de la place de l’urgentiste en traumatologie ambulatoire, des pansements et plâtres aux urgences, de l’induction anesthésique à séquence rapide aux urgences et de la particularité de la prise en charge de l’enfant traumatisé grave aux urgences. L’ouverture croissante de la Société marocaine de médecine d’urgence et de catastrophe (SMMUC) sur son environnement national, maghrébin, africain et européen, précise son président, le Pr Louardi, est l’évolution naturelle d’un maillon important du système de soins, parallèlement à l’œuvre entreprise pour le décloisonnement entre les spécialités médicales. Ce double congrès est ainsi un moment privilégié de réflexion, d’échange et d’action entre hospitaliers, ambulatoires et administratifs régionaux et ministériels, pour l’amélioration de la prise en charge des urgences, conclut le Pr Louardi.