Grippe A/H1N1 : il faut déclarer les effets indésirables des antiviraux et des vaccins

La plupart des personnes qui avaient contracté le nouveau virus H1N1 ont présenté des symptômes de type grippal et se sont rétablies sans traitement antiviral.
Si certains risques de l’utilisation des antiviraux et autres vaccins sont connus, de nouveaux effets indésirables continuent d’être découverts.

La pandémie de grippe A est déclarée officiellement au Maroc depuis quelques jours. Cela coïncide avec l’appel lancé fin octobre dernier, par le Centre marocain de pharmacovigilance (CMPV), qui est le Centre national d’information sur les médicaments, les vaccins, les plantes et les produits cosmétiques. Le CMPV interpelle les professionnels de la santé, les laboratoires pharmaceutiques et le grand public afin de déclarer tous les effets indésirables des antiviraux et des vaccins lors de cette pandémie de grippe. Le souci du CMPV découle du fait que les antiviraux (Oseltamivir «Tamiflu, Genflu», Zanamivir «Relanza») et les vaccins utilisés dans le cadre de la grippe pandémique A/H1N1 seront largement utilisés lors de cette pandémie. Et si certains risques sont connus, de nouveaux événements indésirables continueront d’être découverts une fois que les médicaments sont largement utilisés. Le centre précise qu’il sera très important de déceler ces effets le plus précocement possible afin d’intervenir en conséquence. Dans cette optique, le CMPV est  en train de mettre en place une pharmacovigilance intensive pour ces produits par le lancement d’enquêtes nationales de suivi, la mise en place des modalités de déclaration habituelles et le suivi des données de la pharmacovigilance internationale.
Jusqu’à présent, la plupart des personnes qui avaient contracté le nouveau virus A/H1N1 ont présenté des symptômes de type grippal et se sont rétablies sans traitement antiviral. Car les antiviraux doivent être réservés aux formes graves et aux patients dont l’état commence à se dégrader ou présentant un état pathologique sous-jacent. Par ailleurs, le CMPV indique que les indications des médicaments antiviraux et la vaccination contre la grippe pandémique sont définies dans le «Plan national de riposte à la grippe en phase de pandémie», selon des modalités bien précises. Que doit-on notifier ? Tout événement indésirable, grave ou non grave, inattendu ou attendu, coïncidant avec la prise des médicaments impliqués dans la grippe A/H1N1 (antiviraux, vaccins…). Qui doit notifier ? Les professionnels de santé : médecins, pharmaciens, chirurgiens dentistes et infirmiers travaillant dans le secteur public ou privé, les observatoires régionaux de santé, les laboratoires pharmaceutiques et le grand public. Comment notifier ? Par téléphone 24h/24 & 7j/7 au 0801 000 180 ou au 05 37 68 64 64, par fax : 05 37 77 71 79 ou par internet via www.pharmacies.ma. Le travail du CMPV attire l’attention sur les effets indésirables du Tamiflu qui peuvent être observés aussi bien chez les adultes que chez les enfants, notamment digestifs, oculaires, pulmonaires ou neuropsychiques, et plus particulièrement chez les adolescents et sont souvent de survenue brutale. D’où la nécessité de surveiller étroitement les patients traités et de consulter immédiatement le médecin si le patient présente des signes de comportement inhabituel. Le travail du CMPV se distingue surtout par les données complémentaires depuis la commercialisation du Tamiflu, notamment la description d’effets secondaires sous forme d’alternations du système immunitaire, oculaire, cardiaque, intestinale, hépato-biliaire ou cutanée.