Gestion des systèmes de surveillance des effets indésirables des médicaments

Contenu adapté pour répondre aux préoccupations des pays en voie de développement en matière de pharmacovigilance.

Le Centre marocain de pharmacovigilance (CMPV) organise à Rabat du 2 au 8 mai prochain, le 4e Cours francophone inter pays de pharmacovigilance, dont le thème est l’étude des effets indésirables des médicaments et la maîtrise des outils de gestion et de développement des systèmes de pharmacovigilance. Ce cours international vise la formation pour la mise en place des programmes nationaux de pharmacovigilance à travers le monde, indique sa coordinatrice, le Dr Rachida Soulaymani-Bencheikh, professeur de pharmacologie à la Faculté de médecine et pharmacie de Rabat et directeur du Centre marocain de pharmacovigilance.
«Cela peut concerner des programmes de santé prioritaires, tels que l’immunisation, la lutte contre le paludisme, le sida ou la tuberculose. Il vise le personnel des pays désirant développer un système national de pharmacovigilance, le personnel nouvellement recruté dans des centres de pharmacovigilance ainsi que le personnel de l’industrie pharmaceutique. Dès l’année 2007, le CMPV a été chargé par l’OMS d’organiser le cours international en langue française sur la pharmacovigilance», note le Pr Soulaymani. Et elle ajoute qu’«au terme de cette formation, les participants auront renforcé leurs compétences en matière de pharmacovigilance, d’outils et de moyens nécessaires à sa mise en place, acquis les éléments nécessaires à l’élaboration d’un plan d’action opérationnel pour créer ou renforcer le système national de pharmacovigilance, amorcé une réflexion stratégique quant à la pertinence et à la faisabilité de créer un centre de pharmacovigilance dans leurs pays respectifs. Ils seront en mesure de gérer les cas d’effets indésirables et les situations qui en découlent, d’introduire le système de pharmacovigilance dans les différents programmes de santé». Le cours s’adresse aux professionnels de santé, médecins, pharmaciens ou scientifiques qui sont impliqués dans un programme de pharmacovigilance au niveau d’un hôpital, de l’université ou du secteur industriel.
Afin d’assurer une formation spécialisée en pharmacovigilance, le cours est articulé autour d’un enseignement théorique focalisé sur les effets indésirables des médicaments et l’organisation de la pharmacovigilance ainsi qu’un enseignement pratique traitant de la notification, l’imputabilité et la transmission des cas à travers Vigiflow(r). Le cours est assuré par des experts nationaux du CMPV et internationaux de l’OMS et par des enseignants hospitalo-universitaires marocains. La formation passe en revue le rôle des instances internationales, notamment les guides de l’OMS pour mettre en place un centre de PV. La pharmacovigilance au sein de l’industrie pharmaceutique, l’évaluation de la qualité d’une fiche de notification et les méthodes pour stimuler les notifications seront développés lors de ce 4e cours francophone de pharmacovigilance. Un grand volet de formation sera consacré à la gestion des crises, à la communication, à l’information, à l’identification d’un signalement et au déclenchement d’une alerte en rapport avec des effets indésirables de médicaments ou d’intoxication.
Les experts plancheront également sur les relations avec les autorités. Le Pr Soulaymani précise que le staff dédié à l’activité de pharmacovigilance au centre de Rabat comprend 11 cadres spécialisés en pharmaco-toxicologie, 6 médecins, 4 pharmaciens et 2 docteurs en sciences biologiques.