Exigences de la phase qui précède une analyse biologique

Les analyses en hématologie sont réalisées sur des échantillons prélevés sur les patients dans des conditions strictes.

Les infirmiers de l’hôpital des enfants de Rabat ont organisé, mercredi 10 mars, un séminaire de formation sur le rôle de l’infirmier dans la phase pré analytique en biologie.

Pour le Dr Souad Benkirane, professeur en hématologie biologique, les analyses en hématologie sont réalisées sur des échantillons prélevés sur les patients dans des conditions strictes, puisque le constituant dosé ne doit pas subir de modification ni qualitative ni quantitative entre le recueil et l’analyse proprement dite. Le déroulement du processus qui s’écoule entre prescription et analyse, appelé phase pré-analytique, comporte selon les recommandations du Guide de bonne exécution des analyses (GBEA), la préparation du patient et du matériel, l’acte de recueil d’un échantillon représentatif, son identification, sa conservation, son transport et son pré-traitement.

Cette phase se décompose en deux étapes : l’une souvent externe au laboratoire de prise en charge par le prescripteur et le préleveur et l’autre interne au laboratoire devant débuter par une validation de la qualité du prélèvement. Cette décomposition ne restreint pourtant pas la responsabilité du biologiste qui est engagée à 99%. Les dysfonctionnements pouvant affecter cette phase, du fait de la multiplicité des acteurs impliqués, de l’incertitude de l’identification des échantillons ou encore des difficultés d’acheminement, sont à l’origine d’erreurs souvent sous-estimées.