Elections de l’Ordre national des médecins

Le Dr Abderrazak Guennoun, président du conseil régional de Rabat nord-ouest, s’explique et appelle à  une participation massive aux élections du 26 novembre.
Une révision des lois régissant la profession médicale au Maroc est indispensable.

«Souffrant d’un déficit patent en communication, l’Ordre national des médecins (ONM) compte adopter, à la veille du 26 novembre, date des élections pour le renouvellement de ses instances, une véritable politique de communication aussi bien vis-à-vis des médecins, qu’envers les médias.» C’est ce qu’affirme le Dr Abderrazak Guennoun, président du conseil régional de Rabat nord-ouest. «On lui a souvent reproché son grand silence, ce qui a laissé la place aux rumeurs, aux fausses informations et surtout à la déroute des médecins, et plus particulièrement les jeunes en cours d’installation», renchérit le Dr Guennoun.

Il est impératif, insiste-t-il, que l’ONM et les Ordres régionaux sortent de leur tour d’ivoire, s’ouvrent plus sur le milieu professionnel. Qu’ils adoptent une politique de communication capable de faire adhérer tous les médecins marocains, privés, publics, des collectivités locales, universitaires et militaires aux valeurs nobles de la médecine.

Par ailleurs, indique le président de l’Ordre régional, une révision des lois régissant la profession médicale au Maroc, y compris celle en rapport avec la nomination ou l’élection du président de l’Ordre, est indispensable. Cependant, il exhorte les médecins marocains à ne pas se focaliser uniquement sur ce point, qui risque de bloquer définitivement tout le processus de modernisation des instances médicales ordinales.

Il appelle donc tous les médecins à venir voter le 26 novembre 2006 pour le renouvellement du bureau national de l’Ordre des médecins.
«Nous avons besoin de sang neuf pour faire face aux défis de la médecine du XXIe siècle. De grands changements doivent être apportés au fonctionnement des instances ordinales marocaines, et cela ne peut aboutir que par le travail collectif de tous les médecins, quel que soit leur secteur d’activité», constate ce vieux routier de l’ONM.

Chiffres à l’appui : l’évolution positive du nombre de médecins inscrits au conseil régional nord-ouest. Au 14 juin 2006, ils étaient 894 à jour de leurs cotisations sur les 4 775 inscrits. Le 19 septembre, ils étaient 1 185 à jour de leurs cotisations sur les 4 845 inscrits. «Pour être électeur, il est indispensable d’être à jour de sa cotisation, condition qui peut parfaitement être remplie le 26 novembre, jour des élections», rappelle le Dr Guennoun. Paraphrasant le professeur Bernard Glorion, président de l’Ordre des médecins en France, le Dr Guennoun rappelle le plan de réforme de la sécurité sociale, événement équivalant au lancement de l’assurance maladie obligatoire (Amo) au Maroc, qui aurait placé chaque catégorie de médecins en situation de concurrence, voire de rivalité. Ainsi se sont développés des comportements et un langage en contradiction avec la plus élémentaire confraternité.

«La sérénité et le respect mutuels font pourtant partie des vertus qui doivent contribuer à la qualité des actes médicaux. Ce sont ces valeurs que doit prôner et véhiculer le prochain bureau de l’Ordre national des médecins», conclut le Dr Guennoun.