De nouvelles alternatives thérapeutiques pour le traitement du psoriasis

Le psoriasis est une affection chronique non contagieuse qui expose le malade
à  une certaine exclusion sociale

Il ne sera pourtant pas pris en charge par
l’Amo.

La peau de l’organisme se renouvelle de façon normale et discrète tous les 21 jours. Chez les patients atteints de psoriasis, le renouvellement de la peau se fait de façon très accélérée, induisant l’accumulation et la superposition de plaques squameuses, indique le professeur Nadia Ismaà¯li, spécialiste des maladies de la peau à  l’hôpital universitaire Ibn Sina de Rabat. Et tout en rappelant que c’est une affection le plus souvent bénigne, non contagieuse et non allergique, elle se désole que cette affection, par son aspect extérieur et surtout du fait de l’ignorance qui l’entoure, expose la personne qui en est atteinte à  une forme d’exclusion sociale, problématique à  laquelle s’attaque la journée mondiale du psoriasis, célébrée le 29 octobre de chaque année.

Le Pr Ismaà¯li insiste sur le fait que le psoriasis est une maladie chronique, survenant sous forme de poussées entrecoupées de périodes de rémission. Il se manifeste par des plaques sur la peau, qui sont des lésions inflammatoires rouges recouvertes de squames blanches. Ces lésions sont le plus souvent localisées aux coudes, aux genoux et sur le cuir chevelu. Elle prévient de l’inutilité de changer de médecin à  chaque poussée, car cela ne servirait à  rien. Elle conseille plutôt de garder le même praticien, qui est au courant de l’évolution de la maladie.

De son côté, le Pr Abdelhak Sekkat rappelle qu’il y a souvent une prédisposition héréditaire à  cette maladie, tout en précisant que le stress, certaines infections ORL ainsi que la prise de certains médicaments peuvent provoquer l’apparition de la maladie ou son aggravation. Ainsi, tous les corticoà¯des par voie générale sont interdits, car ils entraà®nent l’exacerbation du psoriasis.

Les deux spécialistes, de par leur pratique quotidienne, insistent sur l’importance de l’information qui favorise la compréhension de la maladie, afin de lutter contre les idées reçues. Si le psoriasis n’est pas mortel, précise le Pr Sekkat, il impose cependant les contraintes thérapeutiques d’une maladie chronique auxquelles s’ajoute l’aspect psychologique. Les patients se sentent rejetés et sont souvent contraints d’éviter certaines activités, aussi bien sociales que professionnelles. Cependant, la disponibilité de nouveaux médicaments, tels les immunosuppresseurs de dernière génération, offrent de meilleures alternatives thérapeutiques, rapporte le Pr Nadia Ismaà¯li, qui dénonce le fait que le psoriasis ne figure pas sur la liste des maladies chroniques prises en charge par l’Assurance maladie obligatoire (Amo). Les deux spécialistes marocains appellent à  la création d’associations d’aide et d’écoute des malades atteints de psoriasis, à  l’instar de ce qui se passe dans plusieurs pays d’Europe.