Cancer de l’os : un congrès pour améliorer la prise en charge

Le Groupe d’étude marocain des tumeurs de l’appareil locomoteur tient ses assises scientifiques à Rabat le 28 juin 2008 Une douleur osseuse persistante, associée à une image radiologique suspecte, doit faire soupçonner un cancer de l’os Le diagnostic précoce évite l’amputation d’un membre.

Devant une douleur osseuse persistante chez un enfant, qui ne s’atténue pas avec les antalgiques usuels, le premier réflexe du pédiatre ou du médecin généraliste est de demander un bilan radiologique. La présence d’une image suspecte doit faire orienter l’enfant vers un spécialiste.

Car il peut s’agir d’un cancer de l’os, précise le Dr Salah Berrada, professeur de traumatologie-orthopédie à la Faculté de médecine de Rabat et président du Groupe d’étude marocain des tumeurs de l’appareil locomoteur (Gemtal). Ce dernier s’apprête d’ailleurs à organiser son premier congrès international le 28 juin prochain, à Rabat.

Un cancer de l’os diagnostiqué tôt peut guérir complètement, évitant ainsi une chirurgie agressive pouvant aller jusqu’à l’amputation d’un membre, voire à une issue fatale, prévient le Pr Berrada. Malheureusement, se désole ce chirurgien des os et de l’articulation, beaucoup d’enfants ne sont pris correctement en charge que quand il est déjà trop tard pour pratiquer une chirurgie conservatrice.

En matière de cancers de l’os, l’évolution est très rapide. Une période de six mois à un an, entre l’apparition des premières douleurs osseuses et la confirmation diagnostique de la tumeur maligne conditionne la prise en charge thérapeutique. L’exemple du sarcome d’Ewing, cancer de l’os chez l’enfant, est très révélateur.

Diagnostiqué tôt, ce type de cancer, qui atteint généralement les enfants de moins de 14 ans, peut guérir complètement par la chimiothérapie, sans recours à la chirurgie. Cela, en sachant que les tumeurs malignes de l’appareil locomoteur sont généralement silencieuses et que, dès qu’elles sont palpables, le traitement est très agressif, surtout chez les jeunes, pouvant aller jusqu’à l’amputation.

La réunion du Gemtal du 28 juin comprend des conférences d’enseignement, faites par un expert français qui abordera deux thèmes : le traitement conservateur des tumeurs malignes de l’os chez l’enfant et la démarche diagnostique devant une image radiologique suspecte. La réunion portera également sur ces tumeurs dites «border line», à la limite entre bénignité et malignité, ce qui rend leur prise en charge thérapeutique difficile.

Rappelons que le Gemtal est un groupe multidisciplinaire, qui réunit l’orthopédiste, l’oncologue, le radiologue, le radiothérapeute, l’anatomopathologiste et le spécialiste de l’appareillage. Les principaux objectifs de la réunion du Gemtal, qui se tient sous l’égide de l’UFR de traumatologie de la Faculté de médecine de Rabat et de la Société marocaine de traumatologie-orthopédie, sont l’établissement de protocoles de prise en charge multidisciplinaires et la mise en place d’un registre national des tumeurs de l’appareil locomoteur, basé sur leur profil clinique, radiologique et thérapeutique .