Attention aux dangers du soleil !

Le cancer de la peau est provoqué par l’exposition excessive aux radiations solaires.
La protection vestimentaire est le meilleur écran contre les méfaits du soleil.

Les dangers des expositions solaires sont multiples, indique le Pr Nadia Ismaili, dermatologue à  l’hôpital Ibn Sina, à  Rabat. Il y a des accidents aigus, brûlure superficielle induite par l’agression directe des rayons ultra-violets (UV) sur la peau; les photodermatoses liées à  des réactions toxiques ou allergiques de la peau ; les dermatoses exacerbées par l’exposition aux radiations lumineuses, telles le lupus érythémateux ou l’herpès.

Le vieillissement cutané est lié aux expositions solaires chroniques. Il résulte des effets cumulés et synergiques entre UVB, UVA2 courts et infrarouges sur les cellules de la peau.
Le rôle des radiations solaires dans l’induction des cancers cutanés est un processus complexe o๠interviennent les UV. Les effets carcinogènes des UVB interviennent pour 65%, ceux des UVA pour 35%. Le risque de mélanome, une variété de cancer cutané, est élevé chez des sujets à  peau claire, incapables de bronzer, d’autant qu’ils sont porteurs de nà¦vus multiples et habitent des pays ensoleillés. Les expositions violentes et intermittentes avec coup de soleil dans l’enfance ou l’adolescence sont incriminées.

L’incidence des cancers cutanés augmente au Maroc
Quant aux risques oculaires, l’exposition de la cornée aux rayons UVB et A peut déclencher en quelques heures une cécité passagère. Le vieillissement du cristallin ou cataracte ainsi que la presbytie sont accélérés par les radiations solaires. La rétine peut également être altérée par la lumière visible et les infrarouges chez les personnes ayant fixé le soleil les yeux grand ouverts.

La photoprotection repose sur des mesures individuelles et collectives. Un habillement adapté réalise un bon écran contre la pénétration des radiations. Le coefficient de protection des vêtements est très variable selon la texture, la couleur, l’épaisseur. Les tissus les plus protecteurs sont la serge de coton, la soie, le polyester réfléchissant. Les habits foncés sont plus protecteurs.Les chapeaux à  large bord sont préférables aux casquettes ; les gants et les lunettes opaques aux UV doivent être utilisés sur la plage, puisque le parasol ne protège pas du rayonnement réfléchi par le sable.

Les filtres et écrans agissent en multipliant le temps de photoprotection naturelle par un facteur appelé «coefficient de protection». Ces écrans ont des indices variables. Ils doivent être prescrits par le dermatologue, voire conseillés par le généraliste ou le pharmacien bien documentés. Ils doivent être appliqués plusieurs fois par jour en cas d’exposition (toutes les 2 à  3 heures) et sur toutes les parties découvertes du visage et du corps.

Les mesures collectives doivent se baser sur une bonne sensibilisation de la population, des parents et des enfants en bas âge, sur les risques encourus par une exposition solaire excessive et par une pollution environnementale pouvant aggraver les altérations de la couche d’ozone. Dans un pays comme le nôtre, très fortement ensoleillé, insiste le Pr Ismaili, o๠l’incidence des cancers cutanés est à  la hausse, il faut privilégier la protection vestimentaire, plus économique, d’autant plus que les «écrans» ne sont pas remboursés par les mutuelles.