«Initiative médicaments innovants» : quand les labos oublient d’être concurrents

Sur un marché concurrentiel plus dur, le nombre de nouveaux traitements introduits sur le marché a diminué L’IMI a pour objectif de stimuler la recherche.

Fin avril 2008, la Commission européenne et l’industrie pharmaceutique ont annoncé un investissement de 2 milliards d’euros pour découvrir de nouvelles méthodologies destinées à accélérer le développement de nouveaux médicaments et à éliminer les goulots d’étranglement existant actuellement dans la recherche.

L’«Initiative médicaments innovants» (IMI) a pour objectif de favoriser la coopération entre des laboratoires pharmaceutiques rivaux, dans un marché du médicament éminemment concurrentiel, a déclaré Arthur J. Higgins, président de l’EFPIA et directeur général de Bayer Health Care. Et d’ajouter qu’«au cours des dernières années, le nombre de nouveaux traitements médicaux introduits sur le marché a diminué en raison de la baisse des résultats des laboratoires de recherche, de l’intérêt accru pour des maladies plus difficiles à traiter et de l’attitude plus stricte des autorités de tutelle lorsqu’il s’agit d’approuver de nouveaux médicaments».

Cette situation est compliquée par un environnement commercial plus dur, où les assureurs veulent de moins en moins rembourser les nouveaux produits (c’est la cas au Maroc, dans le cadre de l’Amo), qui n’offrent, selon eux, que des avancées marginales par rapport aux médicaments plus anciens et moins chers.

La recherche stimulée par l’IMI devra se concentrer sur la découverte de meilleures méthodes de prédiction de la sécurité et de l’efficacité des nouveaux médicaments, particulièrement dans les domaines comme les troubles psychiques, le cancer, les maladies inflammatoires, métaboliques et infectieuses. «Cette démarche devrait également favoriser l’augmentation de l’investissement privé dans la recherche et développement, le partage des connaissances entre le secteur public et privé ainsi que la formation scientifique», précise M. Higgins.

Par ailleurs, l’IMI crée de nouvelles opportunités pour chacun des acteurs du secteur de la santé. Pour les patients, l’IMI peut accélérer l’accès à des médicaments meilleurs. L’IMI améliore les chances de succès des petites et moyennes entreprises en les aidant à tester des concepts technologiques originaux. Pour les universitaires, l’IMI permet l’accès aux technologies avancées de l’industrie et à des infrastructures de recherche de pointe. Et pour les grands laboratoires biopharmaceutiques, l’IMI peut nettement améliorer la rentabilité de la recherche et développement.