30 000 piqûres de scorpion par an, dont cent mortelles

Une campagne nationale de lutte contre les piqûres et envenimations scorpioniques les 9 et 10 mai à Essaouira

La population rurale particulièrement menacée, surtout dans le sud du Royaume.

Les piqûres de scorpion représentent un véritable problème au Maroc, du fait de leur fréquence et de la mortalité qui en découle, surtout chez les enfants.

Chaque année, plus de 30 000 cas de piqûres de scorpion sont répertoriés au Centre national antipoison et de pharmacovigilance du Maroc (CAPM), dont 100 décès survenant de manière brutale chez les enfants de moins de 15 ans. Depuis une dizaine d’années, le CAPM mène des actions d’éducation et de prévention pour lutter contre ce fléau. Mais des efforts restent à faire et ceci ne peut être réalisé que par une collaboration multisectorielle.

Ainsi, le CAPM, sous l’égide du ministère de la santé, en collaboration avec la province d’Essaouira, la Fondation Mohammed VI pour la recherche et la sauvegarde de l’arganier ainsi que d’autres ONG, lance à Essaouira, les 9 et 10 mai, la campagne nationale de lutte contre les piqûres et envenimations scorpioniques (PES), sous le slogan «Sauvons nos enfants des piqûres de scorpions».

Ces dernières menacent particulièrement la population rurale, surtout dans les régions centre-sud et sud du Royaume. Devant l’ampleur de ce problème de santé, le Centre national antipoison a élaboré des brochures et des outils de sensibilisation destinés au grand public, aux professionnels de la santé et aux enseignants, notamment le livret «Conduite à tenir devant une piqûre de scorpion», le Guide de la stratégie nationale de lutte contre les PES au Maroc, le module de formation des formateurs, la fiche d’arbre décisionnel ainsi que des cassettes audio, vidéo et CD d’autoformation.

Pour le professeur Rachida Soulaymani, l’analyse des caractéristiques du scorpionisme au Maroc a permis de soulever des erreurs et des insuffisances dans la lutte anti-scorpionique et, sur cette base, le CAPM a élaboré une stratégie nationale, qui a fait l’objet d’une circulaire ministérielle.

Le programme scientifique de cette campagne verra la présentation des résultats de la stratégie et les perspectives d’avenir, le programme type de la campagne 2008, les améliorations de la qualité de prise en charge thérapeutique des piqûres et des envenimations scorpioniques, l’audit clinique des décès intra hospitaliers pour soulever les dysfonctionnements dans la prise en charge des personnes envenimées. Par ailleurs, des prix seront remis aux élèves dans le cadre d’un concours de dessins sur la prévention contre la piqûre de scorpion (un prix national, quatre prix régionaux et onze prix provinciaux).

La problématique au niveau des différentes régions du Maroc et leurs expériences dans le domaine de la sensibilisation et de la prise en charge des envenimés par la piqûre de scorpion ainsi que la présentation d’une leçon type sur la prévention et l’impact des campagnes de sensibilisation en milieu scolaire dans la région de Marrakech Tensift El Haouz seront présentés par le directeur de l’académie de l’enseignement et de la formation.