SUIVEZ-NOUS

Pouvoirs

Enaam Mayara s’entretient avec l’ambassadeur du Brésil au Maroc

Les échanges ont porté sur l’accélération des négociations sur les accords de libre-échange entre le Maroc et le Mercosur.

Publié le

Le président de la Chambre des conseillers, Enaam Mayara, a eu  ce mardi 23 janvier à Rabat, des entretiens avec l’ambassadeur de la République fédérative du Brésil au Maroc, Alexandre Guido Lopes Parola.

L’accent a été mis sur l’importance de renforcer la coopération parlementaire à travers l’activation du groupe d’amitié Brésil-Maroc et la mise en œuvre des mémorandums d’entente scellés, tout en proposant la création d’un Forum économique parlementaire afin d’exploiter les opportunités de coopération offertes dans de nombreux domaines.

Mayara a  formulé l’espoir d’accélérer les négociations sur les accords de libre-échange entre le Maroc et le Mercosur, soulignant l’importance de l’Initiative Royale visant à favoriser l’accès des pays du Sahel à l’Océan Atlantique.

De son côté, l’ambassadeur du Brésil à Rabat a salué la qualité et la profondeur des relations bilatérales qui ont connu au fil des années une dynamique à la faveur des conventions conclues dans différents domaines, affirmant l’attachement de son pays à développer la coopération avec le Royaume et à la hisser au niveau d’un partenariat global.

Il a souligné l’importance capitale qu’accorde son pays à l’Initiative Royale visant à favoriser l’accès des pays du Sahel à l’Océan Atlantique, qui “consacre la place du Maroc en tant que porte d’entrée en Afrique et plateforme d’accès aux marchés africains”, faisant part de son adhésion à la proposition du président de la Chambre des conseillers sur la création d’un Forum économique parlementaire.

Cette rencontre a également été l’occasion de mettre en exergue la place de l’institution parlementaire sur la scène institutionnelle dans les deux pays ainsi que ses rôles importants dans le renforcement des relations bilatérales et le développement de la diplomatie parlementaire, outre la consolidation des relations avec les parlements à l’échelle régionale et continentale.