Algérie-Chan : Quand l’esprit sportif est bafoué en direct

La FRMF a vivement condamné les agissements malveillants et les manœuvres abjectes survenus lors de l’ouverture de la 7e édition du CHAN organisée en Algérie, en ce début d’année.

Le public marocain ne gardera pas un souvenir impérissable de cette manifestation sportive qui a débuté le vendredi 13 janvier 2023. Et la FRMF non plus : «Un discours provocateur et surréaliste qui a bafoué les règles régissant l’organisation des manifestations footballistiques», peut-on lire dans le communiqué émis par l’instance. La Fédération y a exprimé son profond dégoût face aux propos racistes tenus par des supporters présents «à l’égard du public marocain connu pour son civisme». On rembobine, ce jour-là, une partie des supporters algériens a scandé des slogans racistes, injurieux et haineux. Des gens à coup sûr mandatés par le régime algérien qui aura réussi la prouesse de trouver des milliers d’individus pour insulter les Marocains.

LA FRMF a rejeté ces comportements contraires aux principes et aux valeurs du football. Et il est tout à fait logique qu’elle appelle la Confédération africaine de football (CAF) à prendre les mesures nécessaires pour éviter de tels dérapages à l’avenir et assurer que les compétitions sportives se déroulent dans un esprit de fair-play et de respect mutuel. Des notions qui semblent avoir disparu de l’univers hostile et éternellement belliqueux des généraux. Pire encore, lors de la cérémonie d’ouverture, vendredi soir, un prétendu responsable politique sud-africain a été invité par la Fédération algérienne de football à prononcer un discours d’ouverture. Zwelivelile Mandela, petit-fils de Nelson Mandela, qui semble avoir été «chèrement» motivé, a tout bonnement appelé à la guerre contre le Maroc ! Le personnage, avant d’arriver en Algérie, a reçu le prix islamique des droits de l’homme à… Téhéran !

Le summum de l’absurde, c’est bien de faire des pieds et des mains pour organiser un événement sportif, festif par définition, et d’en faire une tribune politique dans l’unique objectif de harceler le Maroc et d’envenimer davantage la situation dans la région. Bien loin de l’esprit sportif d’une compétition censée rassembler des joueurs locaux du continent, on se retrouve à baigner dans le chiisme, avec la Garde révolutionnaire iranienne, des slogans bellicistes…

Réaction de la CAF et de… la toile
Les indignations n’ont pas tardé à pleuvoir sur la toile, qualifiant ce comportement de tous les noms. Même le célèbre leader Kabyle Ferhat Mhenni n’a pas pu se retenir, écrivant sur Twitter : «L’Algérie nourrit et encourage le discours de haine du Marocain. Recourir au petit-fils de Mandela pour, dans son ignorance ou sa corruption, appeler à la guerre contre ce pays est abject. N’est pas Mandela qui veut. Vive la Kabylie libre et indépendante».

Et dire que l’ensemble du peuple marocain, en 2019, suite à la prestation mémorable de la sélection nationale algérienne en Coupe d’Afrique des Nations, était régulièrement sorti dans la rue pour célébrer les victoires successives et le sacre final de l’équipe de nos frères et voisins !

La CAF a réagi dimanche dernier, dans un communiqué, annonçant qu’elle allait mener des investigations à propos de ces déclarations. La Fédération africaine fera donc part de ses conclusions au moment opportun, poursuit le communiqué, qui insiste sur le fait que «ces déclarations politiques ne sont pas celles de la CAF (…) en tant qu’organisation politiquement neutre».
Pour rappel, la sélection marocaine des U23, tenante du titre, vainqueur des deux dernières éditions du CHAN, n’a pas pu se déplacer à Constantine en Algérie pour y disputer l’édition 2023 en raison du refus des autorités algériennes d’autoriser un vol direct de la Royal Air Maroc entre Rabat et Constantine pour le transport de la délégation marocaine. Cette dernière, qui devait participer au CHAN 2022, s’est déplacée vendredi à l’aéroport de Rabat-Salé où un avion de la RAM attendait «une autorisation de vol» pour rallier Constantine, ville où se dérouleront les matchs de l’équipe marocaine.

L’autorisation ne viendra jamais. Finalement, rien d’étonnant de la part d’un régime qui a interdit à tous les médias algériens de citer le mot «Maroc» lors du Mondial de Qatar. Le splendide parcours des Lions de l’Atlas a visiblement laissé des séquelles psychiques chez les dirigeants d’El Mouradia. Il ne fallait pas que les supporters marocains fassent la UNE de pratiquement tous les grands journaux de la planète, pour leur civisme et leur fairplay. Il ne fallait pas que les peuples arabes (y compris les Palestiniens que le régime des généraux croyait avoir achetés) fêtent le Maroc qui a éveillé en eux des sentiments de fierté et de grandeur… Ce que la jalousie peut être vilaine comme défaut ! Le continent tout entier et le monde arabe aussi sont en train d’assister aux dérives pathologiques du régime militaire algérien qui ne sait plus quoi faire au fur et à mesure que l’étau se resserre autour de la junte.