Il revient à  sa première passion, la télévision

Comme responsable commercial, il fait partie de l’équipe qui a lancé 2M en 1989.
Après son départ de cette chaîne, alors qu’il en était le directeur des programmes,
il avait créé sa propre société de communication.
Depuis 2006, il était Dga d’Al Jazeera Children Channel.

Après un séjour d’un peu plus de deux ans à la tête d’Al Jazeera Children Channel, Mustapha Mellouk revient par la grande porte dans le paysage audiovisuel marocain comme Dg de Medi 1 Sat. C’est une sorte de revanche sur l’histoire pour cet homme qui avait été contraint de quitter la direction des programmes de 2 M en 2 000, suite à la reprise, dans la revue de presse de la chaîne, d’une interview de Mohamed Abdelaziz donnée à un hebdomadaire de la place. Mustapha Mellouk a su remonter la pente après cet épisode.
Né dans une famille casablancaise en 1963, il est le quatrième enfant d’une fratrie de huit frères et sœurs. Il raconte qu’il n’a jamais manqué d’argent, mais a été élevé dans une ambiance où le gaspillage relève de l’apostasie et où l’effort et les études sont des valeurs sacrées. Ce qui le poussait à se surpasser, explique-t-il, c’est que son père était francisant et qu’il était malvenu de commettre des erreurs de langue en sa présence, sinon il fallait vite se remettre à ses leçons et devoirs pour éviter que cela se reproduise.
Le jeune Mustapha sera un élève appliqué d’abord dans un groupe privé puis au collège Anatole France et enfin au lycée Lyautey. Il s’intéresse aux mathématiques en obtenant un bac D (sciences expérimentales) en 1982 et ira poursuivre ses études à l’université Jean Moulin à Lyon pour un Deug en mathématiques appliquées aux sciences économiques et sociales.

Il a été très tôt attiré par le contenu
Il reste dans la même université, mais choisit de passer le concours d’entrée à l’Institut  d’administration des entreprises (Iae) où il obtient sa maîtrise en 1986. Il a vaguement en tête de créer sa propre entreprise, mais ne franchit pas tout de suite le pas.
Mustapha Mellouk ira  alors travailler chez le groupe Agora à Lyon.  En 1988, alors qu’il était en vacances au Maroc, il a vent du projet de 2M et, grâce à des connaissances, se retrouve devant un jury de recrutement qui non seulement le retient, mais l’intègre dans le comité de préparation de la mise en route du projet. Il est envoyé au Canada pour un stage en tant que futur responsable commercial.
Après le démarrage dans cette  fonction, il commence à se sentir à l’étroit. Dès 1990, il demande et obtient sa reconversion dans le contenu. Il y réussit tant et si bien qu’il est nommé dès 1992 directeur des programmes, de l’information et de la production. Il gère, à l’époque, une équipe de 150 personnes entre journalistes, personnel technique, réalisateurs, producteurs … Ce sont quelque 1 000 heures de production qui sont générées chaque année avec un budget qui n’est pas loin de 80 MDH.
Pour lui, cette période a été un tournant pour la télévision marocaine avec la production des téléthons, d’émissions spécifiques en économie, culture, politique mais aussi de programmes pour les enfants, par exemple. Il a vécu, dit-il, de grands moments comme le passage de 2M international à 2M tout court, un recentrage qu’il avait fallu opérer très vite.
Le retour de la chaîne dans le giron de l’Etat fut également un autre tournant, «mais cela n’a aucunement eu raison de l’engouement des équipes pour maintenir l’effort dans la créativité et la qualité. Personnellement, mon secret tient à ceci : garder des réflexes de géomètre pour la partie financière et le côté saltimbanque pour rester créatif», explique-t-il.

Il a géré un budget de 80  millions de dollars à Al Jazeera
Quand il quitte 2M en 2000, Mustapha Mellouk mettra un moment avant de s’en relever et créer sa propre entreprise Media com qui investit le domaine de l’audiovisuel, de la communication et de l’événementiel. Il met un million de DH dans le capital et élit domicile au Technopark avec une équipe de 15 personnes.
Cette société travaille surtout pour des institutions et réussit à décrocher une partie du budget de communication de la Fondation Mohammed VI et du ministère du tourisme. Paradoxalement, se souvient-il, «cette période sera très importante pour moi car je trouve le temps de gérer ma boîte, de créer l’Association des producteurs des entreprises du secteur de l’audiovisuel et de l’arrimer à la Confédération générale des entreprises du Maroc avant  de faire financer par le PAP une étude sur l’activité». Cerise sur le gâteau, il a pu retourner sur les bancs pour obtenir un MBA à l’Ecole supérieure de commerce de Paris. Les affaires avaient aussi prospéré puisque l’entreprise avait atteint un chiffre d’affaires de 7,5 MDH.
En 2006, Mustapha Mellouk est approché par Al Jazeera, à travers le groupe Lagardère, pour le poste de Dga d’Al Jazeera Children Channel. Il dirigera une équipe de 450 personnes pour créer du contenu éducatif et divertissant destiné aux enfants du monde arabe avec un budget annuel de 80 millions de dollars (640 MDH), totalement financé par Qatar Fondation. C’est ce poste qui lui a permis d’acquérir une nouvelle expérience très enrichissante dans le monde de la télévision, qu’il vient de quitter pour Medi 1 Sat.