Sahara : Le Conseil de sécurité réaffirme son soutien au plan d’autonomie

Le Maroc gagne des points importants sur le plan diplomatique.

Très favorable au Maroc, la résolution qui introduit plusieurs nouveautés a été adoptée par 13 des 15 membres du Conseil de sécurité. La Russie et le Kenya se sont abstenus.

Le Conseil de sécurité a décidé de proroger le mandat de la Minurso jusqu’au 31 octobre 2023. C’est ce qui ressort du texte de la résolution 2 554, dont les Etats-Unis sont le porte-plume. La résolution a été adoptée par 13 voix pour et deux absentions. Dans cette nouvelle résolution, l’instance exécutive de l’ONU a réaffirmé son soutien à l’initiative marocaine d’autonomie, présentée par le Maroc en 2007, en tant que base sérieuse et crédible à même de mettre fin au différend régional sur le Sahara marocain, tel que consacré dans les résolutions du Conseil de sécurité depuis cette date.
Depuis le début, le projet préparé par les Etats-Unis versait dans le sens de fournir à De Mistura, l’envoyé personnel du SG de l’ONU, l’espace et la flexibilité nécessaires pour faire avancer le processus politique. Notons au passage, comme l’a d’ailleurs souligné le Secrétaire général dans son rapport, que le Maroc est favorable à la reprise des tables rondes que le prédécesseur de De Mistura, Horst Köhler, avait initiées en 2018 et 2019, alors que l’Algérie et le Polisario se sont déclarés contre.
Le projet avait introduit un nouveau libellé soulignant l’importance que «toutes les parties concernées développent leurs positions afin de faire avancer une solution». Auparavant, dans son rapport, le secrétaire général avait considéré l’Algérie comme «partie concernée». Entre autres mises à jour, les États-Unis ont ajouté un nouveau libellé dans le projet de cette année, appelant à la reprise du réapprovisionnement sûr et régulier des sites des équipes de la Minurso.

La réaction du Sénat colombien
Il s’agit d’une question soulevée dans le rapport du Secrétaire général, car le Polisario a imposé des restrictions de mouvement de la mission depuis la rupture du cessez-le-feu en novembre 2020. Ce qui a considérablement limité la capacité de la mission à réapprovisionner ses sites à l’Est du dispositif de sécurité.
Autre nouveauté dans cette résolution, les États-Unis ont introduit un autre libellé qui encourage fortement les donateurs à fournir des fonds supplémentaires et les agences d’aide à faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire. Globalement, tel qu’il a été maintenu pour la séance du vote, le projet est resté très favorable au Maroc. La Russie et le Kenya ont tenté d’introduire quelques modifications, mais, manifestement, leurs amendements n’ont pas été pris en compte. Plusieurs membres du Conseil ont réitéré, mercredi, leur appui au maintien du projet de résolution tel quel. Il était clair, bien avant la séance du vote, que les deux pays allaient s’abstenir. En effet, bien qu’il ait exprimé des préoccupations similaires lors des négociations de l’année dernière, le Kenya a voté en faveur de la résolution 2602 du 29 octobre 2021 qui a renouvelé le mandat de la Minurso.
La Russie s’est abstenue lors de l’adoption de tous les renouvellements de mandat de la Mission depuis 2018.
Sur un tout autre volet, et à la veille de l’adoption de cette résolution, le Maroc a gagné des points importants au niveau diplomatique. Il y a quelques jours, la Belgique est devenue le 11e pays de l’Union Européenne à soutenir le plan d’autonomie. En Amérique Latine, 62 sur les 108 membres du Sénat colombien ont adopté une motion rejetant la reconnaissance par le nouveau président, à peine investi, de la république fantoche du Polisario.