Retrospective 2014/Gouvernement : Un équilibre à  préserver et un satisfecit forcé

Le gouvernement a fini l’année 2014 sur fond d’un nouveau remaniement ministériel, le deuxième depuis son investiture. Mais cette fois, l’éventuel changement est de portée réduite.

Si aux derniers jours de l’année écoulée tout portait à croire que le ministre de la jeunesse et des sports était sur le départ, à l’heure où nous mettions sous presse rien n’était encore tranché.

Le ministre lui-même a déclaré, en substance, en marge d’un conseil du gouvernement, tenu le 25 décembre, qu’il était prêt à remettre son tablier si l’enquête démontrait que sa responsabilité est engagée dans ce qui s’est passé.

Deux jours plutôt, le chef de son parti, Mohand Laenser, annonçait à la MAP que «si la culpabilité de Mohamed Ouzzine est prouvée, le bureau politique du parti prendra les décisions adéquates».

Le poste de feu Abdellah Baha, ministre d’Etat, est resté vacant depuis sa disparition. Tous les échos qui émanent de la direction de son parti ou du gouvernement versent dans le même sens, la question de remplacement du défunt ministre d’Etat n’est pas à l’ordre du jour. Il semblerait que le chef du gouvernement a un autre souci, celui de préserver la cohésion, menacée, de sa majorité.

Autrement, pour l’Exécutif, l’année aura été «distinguée et exceptionnelle pour l’action gouvernementale», selon les termes du ministre de la communication Mustapha El Khalfi.

«L’année 2014 était riche en réalisations indéniables dans les domaines économique, social et organisationnel», a-t-il souligné.

Ainsi, l’année a été marquée par l’arrêt de la subvention des produits pétroliers, ce qui a permis de «sauver le Budget général», de consolider la décision économique nationale et de contrôler les niveaux de déficit.

Le gouvernement est également parvenu à «sauver» l’Office national de l’électricité et de l’eau potable, en lui accordant un important soutien financier.

Au niveau social, il y a le lancement du dialogue sur la réforme des pensions civiles et d’un chantier national sur la société civile.

Le ministre cite, comme autre réalisation, le début de la réforme du système judiciaire, la mise en œuvre d’une nouvelle politique en matière de lutte contre la torture, ainsi que le dépôt des instruments de ratification du Protocole facultatif à la Convention internationale contre la torture et l’annonce d’un avant-projet de loi de la presse et de l’édition, dont l’élaboration a atteint une phase avancée.

L’année écoulée aura également été marquée par la réduction des prix des médicaments, la mise en œuvre de l’indemnité pour perte d’emploi, l’adoption d’un projet de loi relatif à l’indemnisation suite aux accidents de travail outre la généralisation de la bourse des études universitaires, sur la base de critères sociaux.

En général, l’année 2014 a été décisive pour ce qui est de la promulgation de lois organiques concernant le projet de Loi de finances, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire et la Cour constitutionnelle