Rapidité, efficacité et homogénéité : le credo de la nouvelle majorité

• La majorité a été formée dans une courte durée, pour relever les défis de la conjoncture actuelle, faire face aux exigences en matière de développement et
à l’impératif d’accélérer la promulgation et l’implémentation du Pacte national pour le développement.

Douze jours, seulement, entre sa nomination le 10 septembre par SM MohammedVI en tant que chef de gouvernement et l’annonce, le 22 du même mois, de sa majorité gouvernementale. En à peine un peu plus d’une semaine, le chef du gouvernement a réussi à réunir sa majorité. Composée uniquement de trois partis, le RNI, le PAM et l’Istiqlal, cette majorité aura, ainsi, été constituée en un temps record.

Ce qui illustre la détermination du futur Exécutif à entrer en action sans plus tarder. Les chantiers en cours ou en instance de lancement sont, en effet, aussi nombreux que complexes et gigantesques. En même temps, le nouveau chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, aura tenu l’une de ses premières promesses électorales, à savoir une majorité restreinte et un gouvernement ramassé. Les résultats de cette échéance électorale du 8 septembre ont été, certes, un facteur déterminant ayant facilité la tâche du chef du gouvernement désigné. Mais ce n’est pas uniquement cela, la personnalité du nouveau chef du gouvernement y est également pour beaucoup.

D’ailleurs, le point de presse tenu, mercredi, par le chef du gouvernement désigné, Aziz Akhannouch, en présence des secrétaires généraux du PAM, Abdellatif Ouahbi, et de l’Istiqlal, Nizar Baraka, a permis d’apporter des éclaircissements sur la méthodologie suivie pour le choix de cette majorité. Celle-ci a été formée dans une courte durée, pour relever les défis de la conjoncture actuelle, faire face aux exigences en matière de développement et veiller à être à la hauteur des enjeux de cette étape, marquée par l’impératif d’accélérer la promulgation et l’implémentation du Pacte national pour le développement.

Les attentes et autres aspirations des citoyens ont été également mises en évidence, notamment dans le sillage de l’impact économique et social de la pandémie. Ainsi, les trois partis ont veillé à former un gouvernement soudé, solidaire et efficace, dans la perspective de soumettre sa composition à l’appréciation du Souverain. Le chef du gouvernement a précisé, de même, que l’équilibre entre majorité et opposition exige de ne pas concentrer toute la force d’un seul côté et ce, afin de garantir l’efficacité de l’action gouvernementale et parlementaire, de part et d’autre.

Aziz Akhannouch a tenu, dans ce cadre, à souligner que la logique ayant présidé au choix de la majorité est «l’orientation de la volonté populaire», telle qu’exprimée lors du dernier scrutin, ainsi que les nombreux points communs entre ses composantes, la convergence de leurs programmes électoraux, et l’adoption des mêmes priorités sociales et économiques.

On notera que la nouvelle majorité, qui a adopté une approche différente en annonçant la formation de la majorité avant d’identifier les départements ministériels qui seront gérés par chaque parti, cherche à transmettre un message aux électeurs: son but principal était de répondre à la volonté populaire exprimée lors du scrutin, instaurer un climat de confiance et assurer un consensus autour du programme gouvernemental, partant des engagements que les trois formations avaient détaillé dans leurs programmes électoraux respectifs. Une fois les consultations politiques achevées, le terrain sera balisé pour la naissance du nouveau gouvernement, à la faveur notamment de la convergence des visions, des orientations et des objectifs des leaders de la coalition gouvernementale, qui était bien palpable lors de l’annonce de la composition de cette majorité gouvernementale.