Pluie de recours devant le Conseil constitutionnel

Le PAM vient de déposer quelque 76 recours électoraux relatifs au scrutin du 7 octobre. Ils concernent 19 circonscriptions locales ainsi que la liste nationale.

Dans ses recours, le parti évoque des cas de non-conformité aux mesures définies par la loi, notant qu’outre les irrégularités habituelles, il a enregistré de nouvelles irrégularités ayant entaché le scrutin concernant la violation de la confidentialité du vote. En ces sens, des électeurs PJD ont publié des «selfies», le jour du vote, avec des bulletins à la main précisant la nature de leur vote sur les sites et les pages des réseaux sociaux dirigés par les «milices électroniques» du parti. Les recours ont, en outre, porté sur des cas où le scrutin n’était pas libre et a été entaché de manœuvres frauduleuses, notamment la violation des normes relatives à la campagne électorale, l’utilisation des symboles nationaux et des lieux de culte, l’utilisation d’équipements destinés aux collectivités territoriales, ainsi que la distribution de dons financiers et en nature pour influencer le corps électoral. A noter que le PJD a également présenté 25 recours (sur une liste initiale de 40), dont la plupart sont dirigés contre des élus PAM. La commission des avocats du PJD a dû élaguer tous les recours qui ne comportent pas des infractions sérieuses. L’USFP et le PPS ont également présenté une quinzaine de recours chacun. Paradoxalement, la FGD qui n’a cessé de parler d’infractions électorales, n’a présenté aucun recours.