Petits partis politiques : qui sont-ils ?

Difficile de dresser une carte exhaustive de 27 partis politiques qui totalisent à  peine un peu moins de 10% des voix des électeurs. Ils se revendiquent de tous les courants politiques, nationalistes, libéraux, centristes et socialistes.

On compte parmi eux ceux qui ont plus d’un demi-siècle d’existence, le PDI et l’UNFP, en l’occurrence. D’autres dont la création remonte au début des années 70 comme le Parti de l’action, ou du début des années 1980 à l’instar du PCS et du PADS côtoient des formations de création plus récente comme Annahj, le MDS, le FFD ou le Parti de l’espoir qui ont vu le jour entre 1995 et 1999. Ceci pour les vétérans dont certains ont même connu des jours de gloire avant de sombrer dans l’oubli. La plupart des petites formations sont de création relativement récente, principalement au courant de la décennie 2000.

Cette période a vu la naissance des Forces citoyennes, du PRD, du PML, du CNI, du PRE, du PLJS du PR, ou encore du PSU, du PT et du PRV, … Au total, quelque 18 petits partis ont vu le jour depuis l’année 2000. Hormis le seul parti islamiste de la liste, le PRV, l’écrasante majorité de ces formations se revendique de l’idéologie socialiste. Inutile de préciser qu’un grand nombre de partis sont le fruit de scission au sein des principales formations politiques du pays, l’USFP (Parti travailliste, Parti socialiste, le CNI, le PADS), le Mouvement populaire (MDS, PRE, Al Ahd,..) mais aussi le RNI (le PND), et dans une moindre mesure l’Istiqlal (le PUD) et le PJD (le PRV).