Participation au scrutin, l’Etat simplifie et met le paquet sur la com’

Les bureaux d’inscription seront ouverts 7j/7 et le changement de circonscription devient aisé.
SMS, site web, affiches, spot TV, radios, tous les supports de communication
mis à contribution.
Les MRE invités à participer en masse.

Maroc Telecom, Méditel et Wana parviendront-ils à répondre à la demande… des électeurs ? Jeudi 5 avril, la campagne de communication destinée à encourager les Marocains à s’inscrire et à vérifier leur inscription sur les listes électorales via le net ou GSM a été marquée par un afflux record avec 20 000 consultations SMS dès le premier jour, dont 15 000 à la suite du journal de 20 h. Le succès a été tel qu’il a suscité la crainte des autorités que les trois opérateurs nationaux, qui se sont engagés à offrir le service à titre gracieux, soient dépassés par les évènements. Lancée en même temps que l’ouverture extraordinaire des listes électorales prévue du 5 avril au 4 mai, la campagne vise essentiellement les électeurs âgés de 18 ans et plus, ou devenus majeurs avant le 24 mai prochain ainsi que les Marocains résidents à l’étranger (MRE), amenés à participer aux élections pour la première fois depuis 1992. Affichettes multilingues dans les ambassades et consulats, spots télévisés sur Al Maghribia et bannières sur des sites connus de la diaspora marocaine ont été appelés à la rescousse. Leurs compatriotes restés au pays auront droit, en plus des affiches, à des spots télévisés et radio en 6 langues dont l’arabe, les trois dialectes amazigh ou le hassani.
L’organisation de la campagne a été confiée à Saga Communication, d’autres opérations devant faire l’objet d’appels d’offres ultérieurs, et une convention est prévue avec le transporteur DHL pour assurer le contact entre les MRE et l’administration.

20 000 consultations par SMS, le premier jour
La nouveauté ne devrait pas se limiter au battage médiatique, les autorités ayant pris sur elles de simplifier les choses aux citoyens désireux de s’inscrire. Ainsi, les bureaux d’inscription – au moins un par circonscription – devraient être ouverts jusqu’à 19 h en semaine, ainsi que les samedis et dimanches, leur nombre pouvant être révisé à la hausse en cas de besoin. Par ailleurs, les citoyens devraient se voir épargner certaines démarches. Ainsi, en cas de changement de circonscription, ce sera désormais à la nouvelle circonscription d’aviser l’ancienne du changement et non au citoyen. De même, en cas d’inscriptions multiples, les futurs électeurs seront contactés pour en choisir une, le défaut de réponse entraînant la suppression des inscriptions les plus anciennes au profit de la plus récente. Quant aux MRE, ils auront désormais la possibilité de s’inscrire au consulat ou à l’ambassade de leur pays de résidence où ils peuvent choisir entre différentes circonscriptions, dont celles où ils possèdent des biens ou exercent des activités professionnelles, ou encore celles où l’un de leurs parents ou leur conjoint est né, réside, ou se trouve inscrit(e).

1,4 million de nouvelles CIN distribuées il y a quelques mois
L’engouement enregistré le 5 avril pour la vérification des listes annonce-t-il une participation record pour les législatives de septembre prochain ? Il faut dire que, depuis 2002, le nombre d’électeurs inscrits a augmenté graduellement, avec 1,5 million d’inscriptions supplémentaires cette année-là, puis 1,3 million de plus l’année suivante, la décision royale d’abaisser l’âge du vote de 20 à 18 ans ayant élevé le nombre d’inscrits à 14,5 millions. La tendance devrait se poursuivre cette année, comme le suggère la distribution de 1,4 million de cartes nationales entre décembre 2006 et mars 2007 dans le cadre d’une opération en partie destinée à faciliter l’inscription sur liste électorale, et la participation des MRE au processus, même si tous ne pourront pas venir au Maroc pour faire entendre leur voix.

Ainsi, à défaut de reprendre les listes électorales à zéro, les autorités ont parié sur l’assainissement des listes et l’arrivée de nouveaux électeurs, dans le but affiché «de faire mieux qu’en 2002», en matière de transparence. La politique voulue se sera traduite par un vote des lois électorales suffisamment à l’avance, le recours à un site web unique et multifonction pour les inscriptions, «www.elections.gov.ma», également destiné à fournir les résultats des élections de septembre mais aussi l’engagement des autorités à afficher les listes finales, également à l’étranger, et à assurer aux citoyens transparence et droit de recours, quitte à passer par des processus administratifs lourds, comme dans le cas des MRE dont les demandes devraient être transférées des représentations du Maroc à l’étranger vers les Affaires étrangères, puis l’Intérieur, la préfecture, et enfin l’une des 1 497 communes du pays. L’administration parviendra-t-elle à respecter ce rythme ?