PAM : les préparatifs du congrès presque bouclés

Il ne reste plus que la désignation des 3 500 congressistes attendus le 27 septembre et la mise en place de la logistique du congrès.

La situation se corse au PAM. Le groupe opposé à la direction du parti a tenu, il y a un peu moins d’une semaine, une réunion qualifiée de décisive à Tanger. C’est le quatrième meeting-région d’envergure organisé sous la houlette de la commission préparatoire du congrès national, non reconnue par le secrétaire général et présidée par Samir Goudar. La différence est que, cette fois, les responsables réunis à Tanger ont apporté les derniers détails aux préparatifs du congrès annoncé pour le 27 septembre, et qui s’étalera sur trois jours. Selon des sources au sein de ce groupe dissident, il s’agit en fait de l’avant-dernière rencontre organisée par la commission préparatoire avant le congrès. Juste après, on devrait passer directement à l’élection des congressistes, environ 3 500, dont la majorité sera désignée par les militants au niveau de chaque région.

Cela dit, comme lors de la première rencontre du genre, tenue mi-juin à Agadir, le secrétaire général a saisi la justice dans l’espoir de voir le tribunal administratif invalider les décisions qui y ont été prises. Le procès devrait commencer le 11 septembre. En attendant, la course est déjà ouverte pour occuper le poste du futur secrétaire général. Dans ce clan qui se fait appeler «le Courant de l’avenir», au moins quatre personnalités sont déjà pressenties pour occuper le poste. Il s’agit du tribun et membre du bureau fédéral, le député Abdellatif Ouahbi, de la présidente du conseil national, Fatima Zahra Mansouri, du jeune membre du secrétariat du conseil national, l’ancien député et président de la commission des affaires étrangères, Mehdi Bensaid, ainsi que du jeune entrepreneur, président du conseil provincial d’Oujda-Angad, Hicham Sghir. Certaines sources avancent également le nom de l’ancien secrétaire général, actuel président de la Région Casablanca-Settat, Mustapha Bakoury, qui est présenté comme un candidat de consensus.

Naturellement, pour le clan du secrétaire général sortant, ce qui découle de ces réunions n’est opposable à personne. Il s’agit en fait de «rencontres de personnes et non des réunions des instances du parti». La seule commission préparatoire légitime et légalement reconnue est celle constituée le 28 juillet et présidée par Ahmed Touhami.