PAM : Futur patron et bureau politique seront élus par liste

2 600 congressistes éliront les 300 membres du conseil national. Le bureau politique, formé de 23 membres, sera élu par scrutin de liste à  la proportionnelle.

Dans deux semaines, entre 2 000 et 2 600 congressistes se retrouveront pour le deuxième congrès du PAM qui se tient du 17 au 19 février. Un congrès extraordinaire décidé, il faut le rappeler, bien avant les élections du 25 novembre dernier. Un congrès qui, plus est, marquera une nouvelle naissance du PAM, comme il l’a été dit lors de la réunion, le 22 janvier, du conseil national
«Il y aura des changements à tous les niveaux», précise Mustapha Merizak, membre du comité préparatoire et secrétaire régional de la région de Meknès-Tafilalet. Le premier changement affectera le bureau national qui se verra désormais désigné par le bureau politique. Ses membres passeront de 33 actuellement à seulement 23. Il est probable qu’il soit créé un secrétariat national qui fera le lien entre le bureau politique et le conseil national.
Autre nouveauté, le nombre des congressistes passe de 5 000, lors du premier congrès, à 2 600 au maximum. «Cela pour garantir une meilleure qualité de débat», précise Mehdi Bensaid, député et membre du conseil national. Bref, 500 personnes seront désignés congressistes de par leur fonction. Ce sont les membres du bureau national, les parlementaires des deux Chambres, les secrétaires régionaux, et, c’est une nouveauté, l’ensemble des candidats (les femmes et les jeunes) de la liste nationale présentée aux élections du 25 novembre. Font également partie de cette catégorie des représentants des deux conclaves Sebta et Melilia et des représentants des MRE, ainsi que ceux qu’on désigne par le terme «compétences». Ces derniers, des cadres hautement qualifiés qui n’auraient pas de chance d’accéder au congrès autrement, seront désignés directement par le bureau national.
Les autres congressistes seront élus dans chaque région par un collège électoral. Chaque région se voit fixer un quota de congressistes en fonction du nombre des parlementaires qui y sont élus, le nombre de voix que le parti a remportées le 25 novembre, le nombre des adhérents et le nombre des conseillers locaux.
Les congressistes vont débattre, amender si nécessaire, et adopter les différents textes qui seront soumis par les six commissions formées au sein du comité préparatoire. Ils vont également élire les 300 membres du conseil national. C’est cette instance qui va désigner le secrétaire général et les membres du bureau politique. Ces derniers ne seront plus élus au scrutin uninominal, mais par liste et à la proportionnelle. En d’autres termes, chaque candidat au poste de secrétariat général va constituer sa propre liste. Celui dont la liste aura recueilli la majorité des voix sera désigné secrétaire général. Les membres du bureau politique seront désignés parmi l’ensemble des listes dans la proportion des voix qu’aura obtenues chaque liste.
Schématiquement, si deux listes sont présentées, l’une remporte 75% des voix et l’autre 25%, le secrétaire général sera celui qui conduit la première liste et le nouveau bureau politique sera composé à 75% de la première liste et 25% de la deuxième. Le PAM sera le deuxième parti, après le PSU, à adopter cette technique.