MP, un congrès sans véritable enjeu

Les 2500 congressistes attendus devront reconduire Mohand Laenser pour un 9e mandat à la tête du parti.

Fin de suspens au Mouvement Populaire (MP). C’est probablement le secrétaire général sortant qui succédera à lui-même pour un 9e mandat à la tête du parti. Mohand Laenser, dont l’entourage avait laissé entendre qu’il ne se présenterait pas, a finalement annoncé officiellement sa candidature pour le poste de secrétaire général. Lui-même a indiqué que c’est «sur insistance des membres du parti» qu’il rempile. Mais, ajoute-t-il, ce n’est pas pour autant une garantie qu’il sera élu. L’annonce en a été faite quelques jours avant l’ouverture du congrès du MP, le 13e qui se tient ce week-end (29 et 30 septembre). Pourtant, il y a quelques mois, c’était le nom de l’ancien ministre de l’intérieur et de l’éducation nationale, Mohamed Hassad, qui revenait dans les discussions comme successeur potentiel de Laenser. Un scénario qui a été confirmé par l’amendement des statuts du parti, permettant à un candidat qui n’a pas accompli un mandat entier, en tant que membre du bureau politique, de briguer le poste.

Cela étant, outre l’élection d’une nouvelle direction, le congrès sera marqué par un vote sur le nouveau statut du parti dont les dispositions devraient être observées lors de ses réunions. Les amendements des statuts du parti portent, entre autres, sur un préambule fixant le référentiel et l’identité politique du MP et ses orientations pour la période à venir ainsi que les critères d’adhésion au parti, les droits et les obligations des membres. Il a été adopté également une nouvelle structure organisationnelle flexible au niveau tant local que régional et central, fondée sur la consolidation de la dimension liée à la régionalisation avancée.

Il sera question, en ce sens, du renforcement des attributions des conseils régionaux et de la création de secrétariats régionaux pour gérer les questions locales du parti. De même, le parti adoptera une nouvelle stratégie médiatique et mettra en place un observatoire avec pour mission l’analyse des indicateurs des politiques publiques.