Mezouar claque la porte de la majorité

Son discours devant le conseil national, réuni le 12 février, n’est pas passé inaperçu. Salaheddine Mezouar, le président du RNI, a annoncé le début de la fin de la coalition gouvernementale et la rupture de son parti avec le PJD.

Mezouar a, par la même occasion, rendu la monnaie au parti islamiste et l’a accusé de vouloir tout contrôler et soumettre ses alliés à sa volonté. En un mot, il l’accuse d’hégémonisme et de velléité de domination de la scène politique. Et pour finir, il annonce que les élections du 7 octobre déboucheront certainement sur une autre majorité. Après cela, il faut s’attendre à une contre-attaque du PJD…