Maroc – Nouveau gouvernement : de la spéculation, beaucoup d’imagination et des rumeurs

Dans les derniers jours qui ont précédé la formation du nouveau gouvernement, on a assisté à  une des périodes les plus euphoriques et les plus imaginatives, pour ne pas dire autre chose, de l’histoire de la presse marocaine.

 Entre le 1er et le 10 septembre, les journaux marocains, surtout arabophones, et les sites d’informations, visiblement très bien informés, ont fait et défait le gouvernement selon leurs pronostics, ont attribué des ministères à des noms qu’ils tenaient pour les bons. Le mardi 10 septembre, on a même eu droit à l’annonce en avant-première par un site que le nouveau gouvernement était désormais formé et même soumis au Souverain. Sauf qu’au RNI, personne n’était au courant de cette prétendue liste, à commencer par Salaheddine Mezouar lui-même. Le lundi 9 septembre, par exemple, un quotidien arabophone affichait sur sa une deux informations contradictoires : dans l’une, il attribue l’Education nationale au Rniste Anis Birou et dans l’autre, un peu plus bas, il met Saadeddine El Otmani à ce poste. Il n’y a pas de fumée sans feu, dit l’adage. Probablement, analyse un cadre du RNI, que ces spéculations sont alimentées par des personnes aussi bien du parti de Mezouar lui-même que chez le PJD ou même chez d’autres partis qui distillent aux médias des informations avec des objectifs différents. «Certains aigris ne voudraient pas que le RNI entre au gouvernement tout simplement et donc cherchent à faire échouer le processus, d’autres probablement se positionnent comme étant de futurs ministrables…», analyse un observateur.