Les prochaines échéances électorales engagent le Maroc sur la voie du progrès et du développement durable

Les prochaines élections communales et régionales engageront le Maroc sur la voie du progrès et du développement durable, a affirmé le président du Parti de l’environnement et du développement durable (PEDD) Ahmed Alami.

Dans un entretien accordé à la MAP, M. Alami a affiché son optimisme quant à l’aboutissement des échéances électorales du 4 septembre prochain qui, a-t-il dit, marqueront une étape fondamentale dans le processus du développement durable, surtout qu’elles s’inscrivent dans le sillage de la nouvelle Constitution ayant octroyé aux collectivités territoriales et aux régions de larges prérogatives en matière de gestion.

Les citoyens, d’autant plus conscients de l’importance du rôle dont s’acquittent les communes, saisissent la différence entre la fonction dont sont investies ces entités territoriales et la mission du Parlement qui consiste à légiférer, a-t-il poursuivi, tout en mettant l’accent sur l’importance du rôle des communes qui tient à leur proximité du citoyen et à la focalisation de leurs attributions sur la gestion des questions intéressant la vie quotidienne des populations tant dans les villes qu’en milieu rural.

Dans le but de garantir une gestion efficiente de la commune, le citoyen est tenu de choisir des candidats responsables et au fait des besoins et des aspirations des populations et pleinement disposés à servir la commune et le pays de manière générale, a-t-il soutenu, appelant au choix de nouveaux candidats prônant des idées novatrices capables d’améliorer la gestion de la commune, promouvoir la bonne gouvernance et de rompre avec la culture de la majorité et de l’opposition dans la gestion de la chose locale.

Tout en préconisant d’élargir la représentativité de la femme sur les listes électorales, le président du parti de la Gazelle a émis le souhait de voir un grand nombre de femmes participer à la gestion des communes, mettant en avant leur rôle capital et leur savoir-faire dans la gestion des secteurs sociaux, ainsi que l’intérêt qu’elles portent à l’enfant et à la femme.

M. Alami a relevé l’engagement du PEDD en faveur de la protection de l’environnement dans le cadre du développement durable, laquelle ne demeure pas circonscrite à la collecte des déchets et à la création des espaces verts, mais requiert de renforcer les efforts tendant à réaliser un développement respectueux de l’environnement, d’élaborer des lois relatives à la protection du patrimoine naturel et de considérer l’environnement comme un facteur de croissance économique et sociale.

Dans ce sens, il a appelé à accorder davantage d’intérêt aux questions relatives à l’environnement dans sa globalité, sauvegarder les villes et le monde rural, inscrire la dimension écologique en tant qu’élément fondamental dans tous les plans programmés dans le cadre de l’aménagement du territoire nationale, mettre en oeuvre les lois relatives à la protection de l’environnement, faire cesser les activités humaines hostiles à l’environnement et à les remplacer par d’autres actions alternatives.

S’agissant de la jeunesse, il a prôné d’accorder la priorité à cette frange de la société qu’il importe de soutenir afin qu’elle puisse s’acquitter de son rôle primordial dans l’édification de la société et d’encourager les initiatives visant à promouvoir les compétences des jeunes pour qu’ils soient à la mesure des défis.

Le président du PEDD a estimé, qu’en plus de la participation aux élections et au choix des candidats appropriés, l’aboutissement du chantier de la régionalisation, qui demeure un pari d’avenir, requiert une forte volonté politique.